A lire aussi

15-07-2019 13:51

France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie

Un total de 282 personnes ont été interpellées, dimanche soir en France, en marge des célébrations…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique

Index de l'article

L’année 2018 devrait marquer un tournant dans les relations entre les pays du Maghreb et la CEDEAO, notamment sur la forme que devrait prendre leur partenariat.

Le rapprochement amorcé en 2017 entre les pays du Maghreb et l’espace ouest-africain se concrétisera-t-il en 2018? Pour de nombreux observateurs, l’année qui s’ouvre sera cruciale dans les relations entre certains pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Et pour cause, trois pays du Maghreb frappent à la porte de la CEDEAO. Le Maroc y attend impatiemment sa pleine adhésion en tant que membre à part entière, alors que la Tunisie est pour le moment intéressée par le statut d’observateur. Quant à la Mauritanie, ancienne membre de la CEDEAO, elle aura droit au rôle d’État associé. Les implications éventuelles de ces trois candidatures sont actuellement examinées par un Comité de chefs d’État de 5 pays, à savoir le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Togo. Les premières réponses pourraient être connues dès le prochain Sommet de la CEDEAO prévu l’été prochain à Lomé, la capitale togolaise.

Marché porteur
En attendant, les supputations vont bon train sur l’intérêt subit manifesté par les États nord-africains pour la communauté économique régionale ouest-africaine. «L’intérêt premier, c’est l’accès à un marché régional porteur, pour des pays ayant une offre de biens et services relativement diversifiée (Maroc et Tunisie notamment). Et il y a aussi l’expérience heureuse de l’adhésion de l’Égypte au COMESA, en termes d’accroissement des exportations et d’amélioration de la balance des paiements», note le consultant en commerce et intégration régionale, Abdoul Kane, également ancien fonctionnaire à la Commission des Nations-Unies pour l’Afrique (CEA). Face aux fluctuations des rapports avec les partenaires européens de la Méditerranée, c’est tout naturellement que les pays de la rive sud de la Mare Nostrum se tournent vers l’Afrique subsaharienne, en commençant par le plus proche voisin, l’espace CEDEAO. Quant à la forme du partenariat à tisser avec cet espace régional, les questions demeurent.

Politique, économie : quels gains ?
Sur le plan politique, la question du Sahara demeure un premier point de blocage en ce qui concerne le royaume. L’étude d’impact sur l’adhésion du Maroc à la CEDEAO s’y intéresse particulièrement, en invitant le bloc régional ouest-africain à «anticiper sur la manière de gérer et résoudre» cet imbroglio. «Celle-ci, poursuit l’étude, peut provoquer des divisions au sein des États membres actuels dans l’hypothèse probable de la validation de l’adhésion du Maroc». Concernant la libre-circulation des personnes, mais aussi l’adoption de certains «symboles» de la CEDEAO, notamment la carte d’identité et le passeport communs, demeurent des équations jusque-là sans réponse. Sur le plan économique, les retombées devraient être globalement positives pour l’ensemble des parties.

Coopération graduelle
«Du point de vue économique, cette adhésion apporterait les avantages potentiels d’un marché régional structuré dans lequel les producteurs maghrébins pourraient se lancer dans une compétition à armes égales, si ce n’est avec plus d’avantages comparatifs, tout au moins pour certains segments de l’industrie manufacturière (agro-alimentaire, textiles et habillement, pharmacie, matériels électriques)», poursuit le consultant Abdoul Kane. «Et qui dit développement des exportations, dit investissements et croissance de l’économie», renchérit-il. Quoi qu’il en soit, du côté du secteur privé ouest-africain, on reste extrêmement méfiant, en brandissant l’éventualité d’une concurrence à armes inégales de la part d’économies mieux structurées et plus diversifiées. Au final, il n’est pas à exclure que la CEDEAO opte pour un partenariat graduel, qui se matérialisera par le respect de plusieurs critères, liant ouverture et protectionnisme économique.  


Et la Mauritanie ?

Alors que le cas de la Tunisie, qui recherche le statut d’observateur, semble poser moins de problèmes, il n’en va pas de même pour ceux du Maroc et de la Mauritanie. Pour ce dernier pays, les complications sont moins politiques, tenant plutôt au rôle qu’il aura à jouer dans la connexion entre le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest. «Pour la Mauritanie, ce serait un retour partiel dans un espace qui a été le sien du point de vue institutionnel, et qui est toujours le sien aux plans de la géographie, de l’histoire, de l’écosystème, du peuplement et des migrations», constate Abdoul Kane. Ce rapprochement, estime-t-il, «serait déjà un facteur additionnel de facilitation et d’optimisation de la mise en valeur de biens publics régionaux (bassin du fleuve Sénégal, zones et corridors de transhumance pour le bétail, bientôt gisements frontaliers d’hydrocarbures)». Au plan politique, il y a aussi des gains potentiels. N’oublions pas que durant les trois premières décennies d’existence du pays, le soubassement de sa diplomatie régionale était une doctrine affirmée de «Pays trait d’union entre l’Afrique noire et l’Afrique blanche». Elle s’en est écartée au début de la décennie 90 pour des raisons de politique intérieure. Un retour pleinement assumé dans l’espace CEDEAO lui permettrait de retrouver cette dimension inter-régionale et pourrait aussi participer à la consolidation de ses équilibres internes. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages