A lire aussi

12-12-2017 20:32

La France courtise les opérateurs marocains

Le Premier ministre français, Édouard Philippe, l’avait clairement signifié à l’occasion de la…
Rejoignez nous sur :

Le 4e Forum international sur la finance islamique s’est tenu les 2 et 3 juin à Dakar sous le thème : «La finance islamique au service du Plan Sénégal émergent (PSE)». Les pays africains sont invités à profiter des avantages qu’offre la finance islamique.

La capitale sénégalaise, Dakar, a accueilli le 4e Forum international sur la finance islamique, les 2 et 3 juin derniers, sous le thème : «La finance islamique au service du Plan Sénégal émergent (PSE)». Tenue au Centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio, cette rencontre était une tribune pour les initiateurs qui avaient pour but d’inviter les pays africains à profiter des avantages de la finance islamique. Celle-ci représente en effet un grand potentiel en termes de génération d’investissements directs étrangers et de financements alternatifs, avec «un volume global de 2.000 milliards de dollars». Pour le président-directeur général de l’African Institute of Islamic Finance (AIIF), Mamadou Lamine Mbacké, «la finance islamique constitue une opportunité intéressante». En effet, le gouvernement n’entend pas faire un constat seulement. Pour le ministre auprès du président de la République en charge du PSE, «les finances islamiques constituent une solution idéale pour accompagner le processus de réalisation des projets structurants du PSE». Abdoul Aziz Tall cite entre autres secteurs prioritaires, l’agriculture, les infrastructures, l’accès des petites et moyennes entreprises (PME), les services sociaux de base.

Saisir les avantages pour matérialiser le PSE
Le ministre en charge du PSE a relevé que le Sénégal va s’appuyer sur les nombreuses opportunités qu’offrent les finances islamiques pour accompagner l’ambitieux programme de transformation économique et social du pays sur le long terme. Relevant que la finance islamique est considérée aujourd’hui comme le segment de l’industrie financière, le ministre du Budget, Birima Mangara pense que celle-ci recèle «d’atouts susceptibles d’impulser le saut qualitatif indispensable au secteur financier pour une meilleure satisfaction des besoins de financement de nos économies».

Le Sénégal est un terreau fertile
En dépit d’une croissance annuelle d’au moins 20 % de la finance islamique et l’intérêt grandissant qu’elle suscite, le Sénégal constitue un terreau fertile pour l’émergence d’une finance islamique forte. C’est ce qu’a indiqué le Nigérian Mohammed Moustapha Bintubé de la Jaiz Bank, non sans souligner que ladite banque est une référence dans la sous-région en finance islamique. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages