A lire aussi

29-05-2017 12:22

Le roi préside la première causerie religieuse du mois sacré

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince Moulay Rachid et du prince Moulay Ismail, a présidé…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique
Eli Kudjie : Président de l’Association des professionnels subsahariens résidant au Maroc (AC PRO)

L’Association des professionnels subsahariens résidant au Maroc (AC PRO) organise la 2e édition de sa journée (Made In And For Africa), ce samedi 30 avril au Technopark Casablanca. Son président Eli Kudjie revient sur les objectifs de cet événement et donne son point de vue sur l’intégration des Subsahariens résidant au Maroc.

Les Inspirations ÉCO : Quels sont les objectifs de cette journée ?
Eli Kudjie : L’objectif est de créer un lieu d’échange autour d’une thématique d'actualité afin de favoriser la relation interentreprises (B2B) et l’apport des jeunes professionnels subsahariens du Maroc au développement économique et social du Maroc et de l’Afrique subsaharienne. Nous visons à offrir une opportunité unique de networking entre professionnels marocains et étrangers au Maroc, ainsi que de permettre aux entreprises de recruter de nouvelles compétences pour le développement de leurs activités. De même, il est question de valoriser l’impact des valeurs d’intégrité et d’excellence dans le milieu professionnel, de mettre en place des partenariats et leur assurer une pérennité durable. Par ailleurs, ce sera l’occasion d’avoir un retour d’expériences des professionnels et chefs d’entreprises subsahariens au Maroc.

Quelles sont les thématiques choisies et pourquoi ?
L’évènement Made in & for Africa (MIFA) s’inscrit dans le cadre de l’innovation professionnelle de l’AC PRO. Le thème de la conférence est «Made In & For Africa (MIFA) : Quels enjeux pour la prochaine décennie ?» parce que nous voulons relever la situation actuelle de l’innovation africaine qui répond aux besoins spécifiques des Africains ainsi qu'aux défis de l’Afrique dans les secteurs de l’agriculture, l’éducation, la finance ou la sécurité informatique. Les ateliers se dérouleront en parallèle et seront structurés autour des 4 grands thèmes suivants: «Tech In & For Africa : l’IT comme vecteur de développement du continent», «Innovate in & for Africa : Entrepreneuriat en Afrique notamment au Maroc», «Finance In & For Africa : investir en Bourse ou faire du trading en Afrique», «Internet In & For Africa : comment faire du profit sur internet ?».

Au terme des travaux, à quoi serviront les idées émises lors de cette journée ?
Après la 1re édition, nous avons eu un excellent feedback des participants qui ont été énormément inspirés par le parcours professionnel des speakers et certains ont par la suite depuis créé leur entreprise au Maroc. Et c’est cela l’un de nos objectifs : inspirer les participants pour donner de nouvelles impulsions à leurs carrières professionnelles ou leurs projets entrepreneuriaux. Cette année, nous voulons aller encore plus loin. C’est la raison pour laquelle nous avons invité plusieurs ambassades de pays subsahariens. Notre objectif est de devenir une force de proposition concrète qui portera des projets depuis le Maroc vers nos pays. C’est une autre version de la coopération sud-sud initiée par les Subsahariens formés et installés au Maroc vers leur pays d’origine.

À quoi sert votre association et qui la compose ?
L’AC PRO est une association de professionnels étrangers à domaines de compétences variés qui a pour mission de constituer un groupe d’intérêts communs dans l’optique de créer un cadre d’échange, d’épanouissement, d’informations, de formation et de networking. Nos membres sont issus de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne et ont plusieurs années d’expérience professionnelle au Maroc dans divers secteurs d’activités tels que l’informatique, l’agriculture, l’agrobusiness, la finance, l’assurance, l’aéronautique, le génie civil, le génie hydraulique, la communication, le droit, la médecine, etc.

Votre association est-elle reconnue par les autorités marocaines ?
Oui, l’AC PRO est en effet reconnue par les autorités marocaines. Elle est immatriculée à la préfecture de police Casa-Anfa sous le numéro de récépissé 1794.

Comment jugez-vous l’intégration des Subsahariens établis au Maroc ?
Les profils des subsahariens établis au Maroc sont divers et variés. II y a plusieurs catégories de Subsahariens : les étudiants, les étudiants diplômés et autres expatriés qui travaillent et des migrants, etc. L'intégration de chaque groupe est différente. Il est vrai que des cas de racisme sont courants et rendent souvent l’intégration sociale difficile pour certains, mais le frein majeur à l’intégration professionnelle reste les conditions difficiles d’obtention du contrat de travail étranger liées à la politique de l’ANAPEC (Agence nationale de promotion de l’emploi des cadres). Toutefois, pour ceux que nous côtoyons notamment au niveau de l’AC PRO et qui participent à nos évènements comme les formations, les séminaires ou les afterworks, nous avons pu observer une intégration de plus en plus positive dans le milieu professionnel, mais aussi socio-économique du Maroc. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages