A lire aussi

13-11-2019 16:37

Guelmim. Trois hommes interpellés pour trafic de drogue, arnaque et immigration clandestine

Les trois hommes sont âgés de 30, 33 et 40 ans. Les services de la police judiciaire de la ville de…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO

Les projets innovants retenus par le jury sont l’activité du tour-opérateur Intrepid Marrakech, qui a reçu une mention spéciale du jury, l’écolodge Atlas Kasbah, pionnier dans l’écotourisme à Agadir, l’écolodge Villa Janna de la Palmeraie de Marrakech, entièrement construit en terre crue, et le rallye Aïcha des gazelles, événement doté d’un système de management environnemental.

En marge de la 2e édition de la Journée nationale du tourisme durable, tenue le 20 mars à Rabat sous la présidence de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, ministre du Tourisme par intérim, et de Zhu Shawzhong, directeur exécutif de l’Office mondial du Tourisme (OMT), le département du Tourisme et ses partenaires ont attribué les trophées du tourisme durable pour encourager quatre projets exemplaires dans ce domaine. Il s’agit en l’occurrence du projet du tour-opérateur Intrepid Marrakech, qui a reçu une mention spéciale du jury, de l’écolodge Atlas Kasbah d’Agadir, de l’écolodge Villa Janna de la Palmeraie de Marrakech et du rallye Aïcha des gazelles. L’activité d’Intrepid Marrakech a reçu une mention spéciale du jury.

Le tour-opérateur créé en 2008 est spécialisé dans les voyages low carbone; de plus, grâce à son éthique et à sa responsabilité sociale (RSE), il redonne la dignité à de nombreuses personnes. Lauréat du prix spécial «Tourisme et climat» lors de la COP 22, le TO est doté d’un carbon management plan pour réduire l’empreinte carbone de ses activités. Il propose à ses clients d’acheter des bons de compensation carbone pour compenser les émissions liées à leur voyage. Il fait annuellement son bilan carbone et, pour compenser les émissions qui n’ont pu être évitées, le TO investit dans les énergies renouvelables. En 2015, ses activités ont généré plus de 900 tonnes équivalent CO2 qui ont été compensées à travers des projets dans différentes régions du monde.

Sur le volet social, le TO invite les touristes à contribuer financièrement à des actions sociales. Les revenus ainsi générés servent à développer des projets socio-économiques au profit des communautés locales, la réhabilitation des personnes à mobilité réduite, l’intégration économique des femmes et l’appui au développement d’activités génératrices de revenus à travers la micro-finance. L’écolodge Villa Janna de la Palmeraie de Marrakech a, quant à lui, retenu l’attention du jury parce que c’est une synergie de plusieurs innovations. D'abord, le fait qu’il soit entièrement construit en terre crue, dans le respect de l’environnement, du patrimoine architectural et des traditions marocaines permet au bâtiment d’avoir une grande inertie thermique à faible coût et une très bonne régulation hygrométrique. Ensuite, il intègre des énergies renouvelables avec la production d’eau chaude solaire, la production électrique par panneaux photovoltaïques (en cours), l’utilisation de systèmes de type puits canadiens ou puits provençaux pour le chauffage et le rafraîchissement, ce qui est un grand plus en termes de modernité durable. Enfin, la gestion responsable de l’eau avec un double circuit d’eau potable et d’eau non potable, ainsi que celle des déchets avec la mise en place d’un tri sélectif, d’un compostage des déchets organiques et d’une permaculture achève de mettre en place un cycle écologique sans pareil dans ce complexe. D’ailleurs, la Villa Janna a été élue par les TERRA Awards 2016 Complexe touristique construit en brique de terre crue le plus représentatif dans le monde.

S’agissant du rallye Aïcha des gazelles, dont la notoriété dépasse les frontières nationales, il a séduit les membres du jury parce que ses organisateurs l’ont doté d’un système de management environnemental où deux importantes actions ont lieu. D’abord, une compensation des émissions de CO2 liées à la compétition et à l’organisation auprès du programme Action carbone de la Fondation Good Planet. Ensuite, la gestion responsable des déchets à travers le recyclage d’une moyenne de 25.000 bouteilles en plastique utilisées pendant chaque édition du rallye. Ceci, sans oublier la mise en place d’une caravane environnementale pour sensibiliser la population à l’éradication des sacs plastiques, ni la facilitation de l’accès à l’eau par la construction de puits. Cette année, dans son édition 2017, le rallye Aïcha des gazelles mettra en place une catégorie e-gazelle dédiée aux voitures électriques.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages