A lire aussi

16-09-2019 13:44

Saisie de 10 kg de chira à Sebta

Les éléments de la brigade de contrôle conjointe de la Douane et de la Sûreté nationale opérant au…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, a fait part son inquiétude à l'égard l’ambition ambitions de Facebook de lancer sa monnaie digitale, le Libra, lors d'une audition mercredi 10 juillet devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants, à Washington. Il était interrogé par Maxine Waters, députée démocrate de Californie et présidente de cette commission, sur les éventuelles questions posées par le projet Libra en termes de régulation, d'impact sur la politique monétaire et la stabilité financière (voir la vidéo ci-dessous).

« Tout d'abord, je tiens à dire que nous soutenons l'innovation responsable dans le secteur des services financiers, tant que les risques associés sont correctement identifiés et gérés » a déclaré le président de la Fed, qui a précisé avoir eu une réunion avec des représentants de Facebook deux mois plus tôt.

« Si les promoteurs du projet font valoir que celui-ci peut apporter des bénéfices dans l'intérêt du public, notamment un meilleur accès aux services financiers pour les consommateurs, Libra soulève nombre de graves inquiétudes concernant la vie privée, le blanchiment d'argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière », a souligné Jerome Powell.

Ces sujets de préoccupation « doivent être traités en profondeur et publiquement avant d'avancer » : la Fed a pour cela mis en place un groupe de travail sur le sujet et se coordonne avec le Trésor américain et des banques centrales du monde entier. Tout examen réglementaire du projet devrait être mené avec « patience et attention ».

Les propos du patron de la Fed font écho aux réserves émises  par le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau et par son homologue britannique, Mark Carney. Le gouverneur français est revenu sur le sujet ce jeudi 11 juillet lors d'une audition devant une commission du Sénat sur la souveraineté numérique :

« Il n'est pas question que ces projets prospèrent sans respecter les régulations nationales et internationales » a déclaré François Villeroy de Galhau, invitant à « ne pas être naïf » : le projet Libra « correspond à des intérêts privés [et..] n'est pas entièrement guidé, ou seulement guidé, par la recherche du bien commun. »

Interrogé par le sénateur républicain de Caroline du Nord Patrick McHenry sur les raisons de ses craintes pour la stabilité financière, Jerome Powell a insisté sur la taille de Facebook.

« Pour la première fois, nous nous trouvons face à la possibilité d'une adoption très large : Facebook a plus de deux milliards d'utilisateurs. Si des problèmes émergeaient concernant le blanchiment, le financement du terrorisme, ce serait automatiquement d'une importance systémique, rien que du fait de la taille du réseau de Facebook.»

Le groupe fondé par Mark Zuckerberg s'est allié à 27 partenaires, dont des géants du monde financier tels que Visa, Mastercard et PayPal, et de l'Internet des plateformes, comme Uber, Booking et Spotify, et deux opérateurs télécoms, Iliad-Free et Vodafone, pour créer une association à but non lucratif, Libra, basée à Genève, en Suisse, pour gérer l'évolution de la Blockchain sur laquelle seront émis les crypto-actifs ainsi que la réserve constituée d'un panier de devises auquel serait adossée la cryptomonnaie, dont le lancement est prévu début 2020. Facebook a l'intention de lancer un portefeuille numérique, Calibra, et souhaite proposer à terme des services financiers.

Une taskforce sur les "stablecoins", ces cryptoactifs adossés à des devises comme le futur Libra, dirigée par Benoît Coeuré (BCE) dans le cadre du G7 doit remettre un premier rapport le 17 juillet prochain lors d'un sommet des ministres à Chantilly.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages