A lire aussi

11-12-2019 11:25

Pour Aung San Suu Kyi, il n'y a pas de génocide des Rohingyas

Résultat de recherche d'images pour "Aung San Suu Kyi leseco"
L'ancienne icône de la démocratie s'exprime mercredi devant la Cour internationale de justice…
Rejoignez nous sur :
Finances

Les dernières statistiques dévoilées par Bank Al-Maghrib révèlent une accélération de 4,2% en glissement annuel du crédit bancaire au secteur non financier après 3,2% un mois auparavant. Des chiffres qui présagent d’une éventuelle reprise contrairement aux prévisions de la Banque centrale.

Le rythme d’évolution du crédit bancaire s’est nettement accéléré à fin février. Une performance dévoilée par Bank Al-Maghrib dans ses dernières statistiques monétaires. En glissement annuel, le crédit bancaire a enregistré une hausse de 4,2% après 3,2% un mois auparavant. Une performance qui a été portée par pratiquement tous les types de crédits. Par objet économique L’encours global de 858 MMDH à fin février 2018 a été ainsi boosté par l’accroissement de 10,7% des facilités de trésorerie, reflétant principalement une hausse de 6,2% de celles allouées aux entreprises non financières privées. De même, la croissance des crédits immobiliers s’est accélérée de 3,3% à 3,5%. Les crédits habitat se sont chiffrés à cet effet à 207,82 MMDH, en progression de 5,5%.

De cet encours, les crédits Mourabaha immobilière représentent un encours de 4,66 MMDH après les 18 mois d’exercice des principales banques participatives et celles des crédits à la consommation de 5,7% après 5,1% un mois auparavant. À l’inverse, le rythme de progression des prêts à l’équipement a ralenti de 2,6% à 1,8%. Par secteur institutionnel, le crédit au secteur non financier s’est accru de 4% après 3,3%, résultant essentiellement de la hausse de 3,6% après 2,9% des prêts au secteur privé, traduisant une accélération du rythme de progression tant des crédits aux entreprises non financières privées de 0,8% à 1,7% que de ceux alloués aux ménages de 5% à 5,5%. De même, les concours aux entreprises non financières publiques se sont accrus de 5,9% après 5,4% un mois auparavant. La très attendue reprise franche du crédit bancaire pourrait donc arriver plus tôt que prévu.

Bank Al-Maghrib avait en effet revu à la baisse ses prévisions quant à l’évolution du crédit bancaire et ceci suite à une nette décélération des prêts aux entreprises privées. En effet, le crédit au secteur non financier avait ralenti à 3,1% en 2018, au lieu de 3,5% annoncés en décembre dernier. Il devrait maintenir ce rythme en 2019 (contre les 3,3% prévus) avant de s’accélérer à 4,4% en 2020.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages