A lire aussi

13-09-2019 16:23

Finances publiques. Le fisc a atteint 64% de ses objectifs

Selon le dernier bulletin de la Trésorerie générale du royaume relatif aux statistiques des…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le secteur des assurances navigue en eaux troubles. C’est ce qu’a laissé entendre Zouheir Bensaid, CEO de RMA Assurance, lors de la présentation des résultats annuels du groupe. La concurrence amplifiée entre les compagnies a induit une forte pression baissière sur les tarifs. «Le jeu de conquête du chiffre d’affaires peut paraître anodin mais cela peut se transformer en problème structurel sur le long terme», souligne Bensaid.

À cela s’ajoute la montée de la sinistralité automobile qui affecte le résultat technique non Vie de nombreux opérateurs. La fraude représenterait 40 à 50% des indemnités auto. De son côté, RMA pourrait revoir certaines de ses prérogatives concernant ce segment. La politique d’indemnisation rapide de dommages corporels a montré ses limites. «De façon involontaire, nous avons participé à la hausse de la fraude», admet Bensaid.

Il faut dire que RMA avait mis en place le centre d’indemnisation pour l’amélioration continue de la qualité de service de la compagnie et l’optimisation de ses prestations à travers la promotion de la transaction. Ceci étant, pour remédier à cette situation, la profession se prépare pour le renforcement du dispositif anti-fraude, la réduction de certaines prestations jusque-là gratuites, comme l’assistance, ou encore l’abondon du recours forfaitaire pour les dossiers inférieurs à 20.000 DH. La hausse de la tarification reste, quant à elle, envisageable. «Les tarifs pourraient augmenter à l’avenir pour ramener l’équilibre», déclare Bensaid.

Une concertation devrait se faire dans ce sens avec les autres opérateurs du secteur. Des événements qui n’ont que peu affecté la progression des résultats du groupe. Les performances financières et techniques ont été au rendez-vous selon le top management. «La qualité et la pertinence des chiffres sont à relativiser par rapport à la situation du marché », rassure le directeur financier.

Au terme de l’exercice 2018, les primes émises en Vie ont atteint 3,3 MMDH en hausse de 6,6%. Les primes non Vie ont totalisé un encours de 3,1 MMDH en progression de 3,6%. L’automobile reste au côté de l’épargne le moteur de croissance du groupe. La marge de solvabilité de son côté ressort à -371%, un niveau qui selon le top management est largement au dessus de la moyenne du marché. Le ratio combiné a gagné 3 points en une année pour atteindre 99,3%. Le résultat net, par contre, a clôturé l’année sur une baisse de 6,4% à 753 MDH. Pour l’exercice 2019, le groupe mise essentiellement sur le volet commercial à travers la confirmation de l’exigence de rentabilité, la concrétisation de nouveaux partenariats commerciaux ou encore l’accompagnement de la dynamique de développement sur l’épargne et la branche décès.

Du côté technique, RMA entend consolider également les initiatives mises en place qui visent la maîtrise de la sinistralité. La poursuite de la discipline en matière de maîtrise des coûts d’exploitation figure également parmi les leviers de la performance du groupe et ceci tout en renforçant ses acquis en matière de résultats financiers.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages