Imprimer
Affichages : 5579

La carte bancaire a franchi un nouveau cap. Avec plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation, le paiement électronique dépasse pour la première fois le règlement par chèque.

Le nombre de carte bancaire en circulation ne cesse d’augmenter. «Ce qui va de pair avec la politique et les orientations stratégiques de Bank Al-Maghrib visant à développer les moyens de paiements électroniques», souligne la banque centrale dans son dernier rapport relatif à l’inclusion financière et les moyens de paiements.

Le document fait ressortir une réelle transformation dans la structure des paiements scripturaux. Pour la première fois, en 2017, la carte bancaire a dépassé, en nombre de transactions, le chèque en se positionnant au deuxième rang derrière le virement avec une part de 26% des opérations réalisées, contre 35% pour le virement et 24% pour le chèque.

Les derniers chiffres du Centre monétique interbancaire (CMI), quant à eux, confirment cette tendance. L’encours des cartes bancaires émises par les banques marocaines a franchi le seuil de 15 millions de cartes, avec plus de 15,8 millions de cartes en circulation au terme des neuf premiers mois de l’année. Les réalisations globales de l’activité monétique, comprenant les opérations de retrait d’espèces sur le réseau des guichets automatiques, les opérations de paiement auprès des Terminaux de paiement électroniques (TPE), les opérations de paiement sur les GAB et les opérations de Cash Advance, par cartes bancaires, marocaines et étrangères, au Maroc, ont atteint durant la période des 9 premiers mois de l'année 279,2 millions d’opérations (+11,4%) pour un montant global de 235 MMDH (+10,7%). Ceci étant, l’activité monétique se caractérise par une forte progression de l’activité paiement. Les cartes bancaires marocaines ont réalisé plus de 42,6 millions d’opérations, en progression de 27,1% par rapport à la même période de l’année précédente, ce qui représente un montant de 18,4 MMDH en hausse de 18,5% en glissement annuel. Le paiement par carte auprès des TPE concerne les opérations relatives la grande distribution (26,6%), l’habillement (12,8%), les stations services (8,7%), les restaurants (8,5%) ou encore le secteur Santé (4,2%). Autre mode de paiement qui prend de plus en plus d’ampleur, le paiement en ligne. Ce mode a connu en effet une croissance exponentielle depuis 2013.

Au terme des 9 premiers mois de l’année, les sites marchands ont réalisé 6,7 millions d’opérations de paiement en ligne via cartes bancaires marocaines, pour un montant global de 1,8 MMDH durant la période des 9 premiers mois 2018, soit en augmentation de 30,1% en nombre et 19,9% en montant par rapport à la même période en 2017. Par contre, les retraits d’espèces continuent de représenter l’essentiel des opérations effectuées par le biais des cartes bancaires (83%).

Ainsi, le nombre de retraits effectués sur les guichets automatiques au Maroc a atteint 220,3 millions d’opérations, correspondant à une valeur cumulée de près de 197MMDH, soit une progression de 8,6% en nombre, et de 9,5% en montant. Si le cash continue de faire de la résistance, les banques s’organisent pour faire évoluer les habitudes de paiement de leurs clients. Or, le cash coûte beaucoup trop cher au Maroc, selon la Banque centrale, qui avait évalué son coût à environ 7 MMDH par an.

Le paiement mobile représente actuellement l’alternative proposée par Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) pour limiter la circulation de la monnaie fiduciaire. Le lancement du paiement mobile au Maroc devrait canaliser un volume annuel de transactions estimé à 40 milliards de dollars. Pour l’heure, Si les premières solutions ont été déjà développées et mises sur le marché par quelques opérateurs bancaires, le reste des établissements prévoit le lancement de leurs solutions une fois l’interopérabilité mise en place. Prévu pour les semaines à venir, ce service devrait assurer aux utilisateurs des portefeuilles électroniques, d’échanger de l’argent via les différentes solutions offertes par les fournisseurs de paiement mobile de la place.