A lire aussi

10-06-2019 12:41

Statut de Bank Al Maghrib. Les parlementaires listent leurs priorités

Le 2e rapport parlementaire portant sur le nouveau statut de la Banque centrale liste plusieurs…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le groupe Banque centrale populaire affiche des indicateurs au vert au titre de l’exercice 2016. Son produit net bancaire ressort en hausse de 2% à 15,65 MMDH, avec des bénéfices de l’ordre de 2,64 MMDH, en progression de 5,3%.

La banque du cheval vient de rendre publics ses résultats financiers au titre de 2016. Il en ressort des indicateurs au vert, en dépit d’un contexte marqué par une contraction des marges d’intermédiation suite à la baisse des taux des crédits. Ainsi, le groupe présidé par Mohamed Benchaâboun affiche, au terme de l’année dernière, un produit net bancaire (PNB) en hausse de 2% à 15,65 MMDH. Une progression qui s’explique principalement par le bon comportement des activités de la banque de financement et d’investissement, qui a augmenté de 8%, et de la banque à l’international, qui affiche une croissance de 6%. Côté bénéfices, le groupe BCP affiche une croissance de 5,3% de son résultat net part de groupe (RNPG), qui s’est établi à 2,64 MMDH et ce, «malgré un important effort de provisionnement en lien avec une politique de risque prudente», explique le groupe BCP.

La banque a en effet renforcé sa politique prudentielle avec un taux de couverture des risques de plus de 76%, soit trois points de plus qu’en 2015.

27% de l’épargne nationale
Par ailleurs, la banque réaffirme sa position de premier collecteur de l’épargne nationale avec des dépôts en hausse de 4% et une part de marché de 27%. S’appuyant sur un réseau de proximité historique comptant 1.422 agences auxquelles s’ajoutent 2.603 points de distribution, le groupe a capté un tiers de l’épargne nationale additionnelle des particuliers locaux en 2016. Sur le marché des Marocains du monde, le groupe enregistre une progression de 6% des dépôts correspondant à près de 60% de la croissance dudit marché. S’agissant du financement de l’économie, la banque a enregistré une croissance de la distribution des crédits. «Plus particulièrement, la banque améliore sa part de marché sur le crédit acquéreur de 15 points de base, confirmant ainsi sa position de leader», explique le groupe.

En outre, l’exercice 2016 a été marqué par une accélération de la progression de la marge sur commissions de la banque au Maroc qui s’apprécie de 5%, traduisant ainsi une performance commerciale du groupe sur son marché domestique.

Ambitions africaines
À l’international, l’exercice écoulé a été marqué par la poursuite de la croissance des activités du groupe, contribuant à 16% au PNB contre 15% un an, auparavant notamment à travers sa filiale Banque Afrique. Ainsi, les activités en Afrique subsaharienne réalisent une progression de 6% de leur produit net bancaire, grâce à une nette appréciation de l’activité de collecte des dépôts et de distribution de crédits qui évoluent respectivement de 7% et 9%. Par ailleurs, le groupe réaffirme son ambition de développement à travers la poursuite de l’extension de son empreinte sur le continent.

L’année 2016 a ainsi connu l’ouverture d’une première succursale de la Banque Atlantique en Guinée-Bissau, ce qui permet au groupe de couvrir désormais l’ensemble des pays de la zone UEMOA. Cette année a également été marquée par la signature d’accords avec des partenaires importants au sein de pays d’Afrique à fort potentiel, notamment le Nigeria, l’Éthiopie et le Rwanda.

D’autre part, le groupe poursuit son engagement pour l’inclusion financière en Afrique subsaharienne à travers sa filiale Atlantic Microfinance for Africa (Amifa), par un programme ambitieux d’extension qui prévoit une implantation dans 5 à 10 nouveaux pays à l’horizon 2020. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages