A lire aussi

18-10-2017 12:23

Al Akhdar Bank démarre en novembre

La banque participative du Crédit agricole du Maroc et d’ICD a choisi de ne pas précipiter son…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le Maroc qui s’apprête au lancement de la finance participative multiplie les workshops et les meetings pour s’assurer d’un démarrage sécurisé de cette nouvelle activité, ont souligné, jeudi à Casablanca, les participants à la 4e édition des «Meetings de la finance».

Bank Al-Maghrib a révélé à cette occasion que quatre circulaires sont validées par la Banque centrale. Trois sont en attente de l’aval du Conseil supérieur des oulémas, il s’agit des circulaires relatives aux produits, aux dépôts investis et aux fenêtres participatives. Une circulaire relative à la conformité est, quant à elle, déjà prête (Validée par le CSO). Anas Belkhadir, à la tête de la division de la régulation de la finance participative au sein de
Bank Al-Maghrib a souligné dans ce cadre que ces circulaires ne seront publiées dans le BO qu’après formation du nouveau gouvernement, car selon lui «ce n’est pas au gouvernement des affaires courantes de l’expédier». Dans le cadre de cette activité, le Dahir régissant le Conseil supérieur des oulémas a été modifié et complété pour créer en son sein un Comité sharia pour la finance participative. Le Maroc vient d’adopter un cadre légal et réglementaire très souple qui laisse la voie ouverte à l’innovation, ont-ils relevé lors de ce workshop organisé par la Bourse de Casablanca, en partenariat avec l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB) et l’Association marocaine de la finance
participative-Sharia Compliant (AMFP). Placée sous le thème : «Mécanismes de financement de l’écosystème de la finance participative Sharia Compliant via le marché des capitaux», cette rencontre s’inscrit dans le cadre des actions d’accompagnement des professionnels du marché et de la réflexion autour des nouveaux outils et techniques de financement. La finance participative, qui a été consacrée à la fois par la nouvelle loi bancaire mais également par le texte ayant modifié la loi de titrisation, constitue un important levier de développement du marché financier marocain, ont indiqué les conférenciers dont des représentants de Bank Al-Maghrib, du Conseil supérieur des oulémas et de l’Autorité marocaine du marché des capitaux, outre des experts internationaux.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages