A lire aussi

10-12-2019 13:20

La Russie aurait déjoué plus de 50 attentats terroristes en un an

Au cours des différentes opérations de lutte contre le terrorisme engagées sur le territoire russe,…
Rejoignez nous sur :

Bakkoury et son équipe sont désormais chargés de superviser l’action de la task force d’experts qui accompagnera les pays concernés à définir ou affiner leurs stratégies.

L’opérationnalisation de l’initiative «Desert to Power» prend petit à petit forme. En marge de la seconde édition de l’Africa Investment Forum (AIF-2019), qui s’est tenue du 11 au 13 novembre à Sandton, quartier financier de Johannesburg (Afrique du Sud), Mustapha Bakkoury (photo), président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie durable (Masen) a été, en effet, désigné président du Comité de pilotage de cette initiative qui ambitionne de développer l’usage des énergies renouvelables dans plusieurs pays africains. En d’autres termes, Bakkoury et son équipe sont désormais chargés de superviser l’action de la task force d’experts qui accompagnera les pays concernés, en l’occurrence la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Tchad, le Sénégal, le Nigeria, le Soudan, Djibouti, l’Éthiopie et l’Érythrée, dans la définition de leur stratégie nationale de développement des énergies renouvelables en général et solaire en particulier ou dans l’affinement des stratégies existantes.

Superviser le travail d’experts…
D’ailleurs, le travail a déjà démarré dans les cinq premiers pays cités qui constituent le G5 Sahel. Avec l’appui technique de Masen, une démarche dite de «scoping» y est actuellement mise en œuvre. Elle consiste notamment à effectuer tout le travail nécessaire pour mesurer le potentiel dont dispose chaque pays, dimensionner les projets et proposer des schémas de financement. Plus concrètement, le travail consiste à évaluer la ressource solaire et les conditions techniques de déploiement de projets dans ces pays. Ensuite de définir le portefeuille de projets par pays, incluant l’estimation des coûts de développement et de financement. Puis, d’établir une feuille de route pour l’implémentation des projets, avec l’évaluation des risques et la définition des mesures à prendre. Une phase qui sera suivie par l’établissement des budgets détaillés et les échéanciers des différentes activités nécessaires préalablement aux investissements. Et enfin par la proposition de schémas institutionnels pour réaliser ces investissements.

…En capitalisant sur l’expérience marocaine
En attendant l’achèvement de cette première phase de démarrage de l’initiative «Desert to Power» vigoureusement soutenue par la BAD, rappelons que cette initiative vise à transformer les zones désertiques de l’Afrique en de nouvelles sources non seulement de production d’énergie électrique, mais aussi de production agricole grâce à l’utilisation de l’énergie solaire. Ainsi, par le biais d’une combinaison de projets publics et privés, l’initiative prévoit de développer des systèmes de production de près de 10.000 MW de source solaire qui permettront de fournir de l’électricité à environ 60 millions de personnes d’ici 2030.


Accord entre Masen et l’Africa Finance Corporation

En marge de la deuxième édition de l’Africa Investment Forum (AIF-2019), l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) et l’Africa Finance Corporation (AFC) ont conclu un accord de coopération. «Celui-ci vise à intégrer une organisation financière basée au Nigéria qui agit à l’échelle continentale dans le large réseau de partenaires que nous avons pour renforcer la coopération autour des projets développés en Afrique», a expliqué Mustapha Bakkoury, président de Masen. Créée en 2007, l’AFC est une institution financière panafricaine de développement multilatéral qui investit dans plusieurs secteurs notamment l’énergie, le transport, la logistique, les ressources naturelles, les télécommunications et les industries lourdes.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages