A lire aussi

11-12-2019 12:48

Vidéo. "Nike Victory", le maillot de bain conçu pour les femmes voilées !

Nike a présenté sa nouvelle collection Nike Victory, spécialement conçue pour les musulmanes qui…
Rejoignez nous sur :

Le Groupe OCP confirme son engagement en faveur du développement de l’agriculture, notamment de l’olivier, dans la région de Kalâat Sraghna. La production de plateformes de démonstration exploitées dans le cadre du programme «Al Moutmir» a presque doublé.

Le Groupe OCP poursuit son accompagnement des oléiculteurs de la région de Kalâat Sraghna à travers des actions ciblées en proposant des solutions diversifiées tout au long de l’itinéraire technique. Basé sur une approche partenariale, le programme «Al Moutmir» valorise la contribution de chaque acteur (OCP, ministère de l’Agriculture, Institut national de la recherche agronomique, agriculteurs, distributeurs…) selon son domaine d’intervention.
Accompagnement technique

Deux ingénieurs agronomes accompagnent, dans ce cadre, les agriculteurs durant les différentes étapes pour leur permettre d’accroître la productivité et la qualité de leurs exploitations. Abderrahim Ghazala, agriculteur dans la province d’Ourgui, située dans la région de Kalâat Sraghna, s’est impliqué dans le programme Al Moutmir en adoptant une bonne conduite technique de la culture de l’olivier basée sur une démarche scientifique. Il s’agit d’une plateforme de 3 hectares qui a bénéficié d’une opération de démonstration conforme à la formule régionale MPK 15 20 25 de la carte fertilité. «On a suivi un itinéraire technique conforme au processus scientifique adapté à la culture de l’olivier. Le respect de cette démarche, en commençant par l’étude de la taille de l’olivier, l’analyse et la préparation du sol, les traitements phytosanitaires…

s’est traduit par une augmentation significative de la production», affirme Yassine Ouhmad, ingénieur agronome chargé de l’accompagnement des agriculteurs dans le cadre du programme Al Moutmir. Et d’ajouter: «si la production
d’un itinéraire traditionnel dépasse rarement le seuil des 3 T par hectare, le rendement peut atteindre facilement les 7 T grâce à ce nouveau processus». Outre le rendement élevé par rapport aux terrains témoins, la qualité des olives est en nette amélioration.
Le choix de la proximité

La saison agricole 2018-2019 est aussi marquée par le lancement du dispositif agile «Al Moutmir Souks et moussems» qui va à la rencontre des agriculteurs dans les souks et moussems de différentes provinces du royaume. Cela permet de les accompagner avant le lancement de chaque cycle de culture, en identifiant notamment leurs besoins et en les soutenant dans le choix des intrants et dans les pratiques agricoles qu’ils voudraient déployer pour accroître leurs rendements tout en préservant les ressources naturelles. «Plus de 60 plateformes d’essai ont été créées dans le cadre du programme Al Moutmir dans la région de Kalâat Sraghna.

Nous rencontrons les agriculteurs dans les souks et les moussems pour leur expliquer les avantages de la nouvelle démarche. Écologiques, les nouveaux engrais basés sur les déchets de l’opération de production d’huile d’olive permettent non seulement d’augmenter la production, mais aussi de protéger le sol», précise Hamid Sabri, président de l’Association marocaine des producteurs d’oliviers et d’économie d’eau.

Il convient de noter à ce titre que Kalâat Seraghna compte plus de 79.000 ha dédiés à la culture de l’olivier et assure plus de 22% de la production nationale, soit 400.000 T en 2018. Lancé en septembre 2018, le programme Al Moutmir s’est articulé pour sa première édition en trois phases: céréales et légumineuses, maraîchage et olivier. Le dispositif a sillonné les régions du Maroc à la rencontre des agriculteurs et a pu cibler pas moins de 160 localités dans près de 28 provinces à travers le royaume. Au total, plus de 10.000 agriculteurs, dont environ 1.000 femmes, ont bénéficié de l’accompagnement du dispositif. «Al Moutmir» a également permis de suivre pas moins de 2.000 plateformes de démonstration dédiées, dont 1.000 pour les céréales et légumineuses, 700 pour l’olivier et 300 pour les cultures maraîchères. De plus, avec la mobilisation d’une vingtaine d’experts ainsi que des partenaires fabricants-distributeurs du Groupe OCP, plus de 10.000 séances de conseil en one-to-one ont pu être organisées avec les experts présents sur place. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages