A lire aussi

11-11-2019 11:39

Rabat : L’ouverture du forum libyen international d’économie et d’investissement

400 participants sont attendus aujourd’hui pour l’ouverture du forum libyen international…
Rejoignez nous sur :

Dans la nouvelle édition de son rapport sur la durabilité, LafargeHolcim souligne ses performances économiques, environnementales et sociales pour 2018 et présente ses prochains objectifs.

Opérateur majeur des matériaux et solutions de construction, LafargeHolcim a pu consolider cette position en 2018. En même temps, l’année écoulée a appuyé l’engagement du groupe du respect de l’environnement dans les différents pays où il est présent. Selon Adrian Loader, président du comité de la santé, la sécurité et la durabilité, «cette dernière crée de la valeur pour l’entreprise, ses actionnaires et la société en général, et LafargeHolcim aspire à être un leader dans ce domaine en exploitant les opportunités qu’il offre». Dans son nouveau rapport sur la durabilité, le groupe décrit ses performances économiques, environnementales et sociales, tout en y présentant ses objectifs en matière de piliers stratégiques du climat et de l’énergie, d’économie circulaire, d’environnement et de communautés. En 2018, les émissions nettes de CO2 de l’entreprise par tonne de ciment ont été réduites à 576 kg/ tonne, soit une réduction de 1% par rapport à 2017 et une réduction de 25% par rapport aux émissions de 1990. Cette amélioration a été rendue possible en consommant moins d’énergie par tonne de ciment, principalement en utilisant des combustibles de substitution et en améliorant l’efficacité des processus de production. Aussi, en 2018, LafargeHolcim a traité 52 millions de tonnes de déchets, soit une augmentation de 6% par rapport à 2017. Plus de 11 millions de tonnes de déchets, soit une augmentation de 10% par rapport à 2017, ont été utilisées par Geocycle, filiale mondiale de la gestion des déchets de LafargeHolcim. Ces déchets ont fait office de combustible pour les fours et de matière première alternative pour la technologie de co-traitement. Ce processus facilite la conservation des ressources naturelles et contribue à la réduction globale des émissions de gaz à effet de serre.

Substitution énergétique
Cet intérêt grandissant de LafargeHolcim pour la durabilité puise sa source dans les 17 objectifs de développement durable établis par les Nations Unies. Pour le Maroc, il s’agit surtout des 7e, 13e et 14e objectifs, à savoir le recours aux énergies renouvelables, la lutte contre le changement climatique et la protection de la vie aquatique. Dans le royaume, LafargeHolcim est convaincu que la croissance et la compétitivité reposent sur la réduction des coûts, chose dont témoigne l’investissement du groupe dans les énergies renouvelables durant ces 13 dernières années. L’usine de Tétouan est la première cimenterie au monde à disposer de son propre parc éolien. Ouverte en 2005, avec deux extensions en 2008, la capacité totale de l’usine est maintenant de 32 mégawatts. Le désir de réduire les émissions de CO2 et les coûts de l’énergie a motivé le passage de l’entreprise à l’énergie éolienne, celle-ci étant moins chère. Au cours des dernières années, l’énergie éolienne a remplacé l’énergie d’origine fossile dans les neuf implantations marocaines. En 2017, le pays a atteint 60% de substitution électrique. Alors que l’usine de Tétouan fournit sa propre énergie éolienne, le reste a été obtenu grâce à des accords d’achat conclus avec des partenaires éoliens locaux. En 2018, le taux de substitution a atteint 75% (dont 8% provenant du parc éolien de Tétouan), réalisant un niveau record de 97% en août 2018. Les contrats d’achat d’énergie éolienne actuels de LafargeHolcim couvrent environ 70% de ses besoins annuels en énergie électrique, mais le groupe prévoit de les porter à 90% d’ici 2020. Le co-traitement est l’utilisation de déchets comme matière première, ou comme source d’énergie, ou les deux pour remplacer des ressources minérales naturelles et des combustibles fossiles. LafargeHolcim applique cette méthode à de nombreux types de déchets, notamment les déchets solides déchiquetés d’origine industrielle et municipale, les solvants et les pneus usés. L’entreprise traite de plus en plus de plastique non recyclable, concentrant ses efforts sur la réduction des fuites de plastique dans l’océan. En 2018, le groupe a recyclé environ deux millions de tonnes de déchets plastiques dans ses usines. De plus, dans 4 pays, à savoir le Maroc, le Mexique, les Philippines et l’Égypte, LafargeHolcim a lancé des solutions spécifiques de gestion des déchets marins en plastique pour aider à réduire les fuites de plastique en mer. Le groupe aide ainsi des municipalités sélectionnées à améliorer leur système de gestion des déchets solides, qui constitue le moyen le plus efficace de prévenir les déchets marins. Dans ces quatre pays, LafargeHolcim a donc commencé à mettre en place des systèmes de collecte et de récupération des fractions de déchets, particulièrement susceptibles de devenir des déchets marins, en se concentrant sur l’implication du secteur informel des déchets, tout en sensibilisant et en établissant des dialogues politiques et des cadres réglementaires.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages