A lire aussi

15-07-2019 10:48

Cosumar relance le prix d’encouragement pour les bacheliers fils d’agriculteurs

Le Groupe Cosumar renouvelle son engagement en faveur de l'excellence scolaire et lance une…
Rejoignez nous sur :

La faculté de l’économie de Fès et la CCIS Fès-Meknès se penchent sur la mise en place d’un système d’alternance qui sera intégré au cursus des formations au sein de l’université.  

La professionnalisation des études supérieures visant à ancrer les savoirs dans la réalité du monde du travail n’est pas nouvelle. Dans la région de Fès-Meknès où la pression d’un chômage des jeunes est très élevée a conduit l’université et les opérateurs économiques de la région à engager une véritable «course à la professionnalisation» des diplômes universitaires afin de développer l’employabilité de ces étudiants. Lors d’une rencontre organisée récemment par l’USMBA, le laboratoire de recherche en management LIREM en partenariat avec le CNRST, la CCIS Fès-Meknès et la fondation allemande Hanns Seidel Stiftung sous le thème «l'Innovation en management entre conformisme et effet de mode», les différentes parties ont insisté sur l’importance d’impliquer les opérateurs économiques de la région dans l’encadrement et l’accompagnement des étudiants au cours de leur cursus universitaire. Cette rencontre a permis de créer une plateforme d’échange et de réflexion sur les dimensions de l’innovation managériale et sa mise en œuvre, de diffuser les connaissances nouvelles sur le sujet et de conforter ou de développer des collaborations. Les participants à cette rencontre ont débattu des thèmes suivants : «le management du futur, les nouveaux styles de management, le management du changement, les nouvelles méthodes d’organisation du travail, le bonheur au travail, l’innovation et le bien-être, les convergences et spécificités des innovations privées et des innovations publiques ainsi que la digitalisation du management des entreprises».

Au-delà de la construction d’une offre de formation professionnelle, c’est-à-dire d’une offre qui réponde à des besoins en compétences dans des domaines d’activité et des espaces professionnels relativement spécialisés et circonscrits, l’université compte renforcer son dispositif d’accompagnement à la professionnalisation des étudiants, notamment ceux issus des filières généralistes afin de les doter de compétences connexes, transversales, à même de les aider à s’insérer plus efficacement sur le marché du travail.

Dans ce cadre, les responsables de l’USMBA ont dévoilé qu’un modèle de coopération entre l’université et le secteur privé, représenté par la CCIS Fès-Meknès, est en cours d’élaboration, ce qui va permettre de promouvoir l’employabilité des jeunes diplômés dans la région. «Nous sommes en train d’établir un modèle de coopération pour la mise en place d’un système d’alternance permettant ainsi aux étudiants de faire des stages selon leurs spécialités, en parallèle avec les études, ce qui permettra de joindre l’aspect théorique à celui du pratique. Ce nouveau modèle permettra à l’étudiant de développer ses compétences professionnelles en passant par alternance 15 jours dans l’université, 15 jours dans l’entreprise», explique Assou Mansour, le doyen par intérim de la faculté de droit de Fès.

Cap sur les nouveaux modes de managements
Lors de cette rencontre, des experts et universitaires marocains et étrangers ont saisi cette occasion pour débattre des différentes dimensions de l'innovation managériale et sa mise en œuvre dans le monde de l'entreprise d'aujourd'hui. «Dans un contexte en perpétuelle mutation, l’entreprise est appelée à promouvoir un nouveau modèle de gouvernance adapté aux mutations internationales, notant que l’université ne doit pas rester en marge, en contribuant à faire progresser les pratiques managériales les plus modernes et les mieux adaptées au contexte régional», précise Touat Samira, enseignante chercheuse à la faculté d’économie de Fès. En effet, dans un contexte, marqué par des contraintes managériales et réglementaires, par le développement exponentiel d'outils de gestion de toute classe ainsi que par l'éclosion d'une digitalisation à marche forcée, l'innovation managériale s’impose pour les entreprises qui veulent maintenir, développer leur attractivité et leur performance. Ainsi, l'innovation managériale traduit aujourd'hui le souhait d'une plus grande simplicité organisationnelle, la volonté de laisser aux collaborateurs de plus grands espaces de liberté et le besoin d'aller vers davantage de pragmatisme réflexif dans les pratiques et les modes de coopération. Cela dit, les organisateurs de l’événement ont sensibilisé les participants sur les inconvénients du management par les procédures qui freinent la réactivité de l'entreprise. Le principe de contrôle par le management déresponsabilise les collaborateurs de même que la division du travail crée des luttes de pouvoir et freine la collaboration transversale. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages