A lire aussi

19-01-2018 12:30

La recette gagnante de Cosmaline

Détenteur de deux marques cosmétiques made in Morocco, Orness et Ormana, le laboratoire Cosmaline…
Rejoignez nous sur :
Éditos

Le chef de gouvernement a créé une commission chargée de la réforme des centres régionaux d'investissement. Ces CRI dont on parle beaucoup ces derniers jours ont été mis en place afin de fluidifier l'acte d'investir et d'accompagner la dynamique du pays dans le développement de son attractivité. Or, il s'est avéré que ce concept ne marche pas comme on l'avait initialement prévu.

Les Inspirations ÉCO a pu le constater lors de l'organisation de la Caravane des régions et a même émis la recommandation d'améliorer l'activité des CRI dans le livre blanc publié il y a trois mois. Nous disions que tant que ces CRI dépendent hiérarchiquement des walis, il ne faudra pas trop espérer de résultats, ceux-ci étant acculés à une méthodologie purement administrative, avec tous les défauts qu'on lui connaît. Nous proposions qu'ils soient logiquement rattachés aux présidents des conseils régionaux et directement au service des régions, incarnant la nouvelle vision de la régionalisation avancée. Car, dans la configuration actuelle, quelle que soit la réforme prônée par la commission d'El Othmani, les CRI restent les otages des guerres d'attribution entre les wilayas et les régions.

Par ailleurs, dans certains cas, des walis n'ayant pas la fibre business relèguent les CRI au dernier rang des priorités et empêchent ces derniers de prendre des initiatives en faveur de l'acte d'investir. D'ailleurs, cette commission gagnerait à prendre la région de Laâyoune comme pilote puisqu'y parler investissement avec le premier responsable territorial relève de l'utopie ! Enfin, il n'y a point de solution pour les CRI tant que ceux-ci ne seront pas rattachés aux régions, prélude à la réforme. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages