A lire aussi

03-12-2019 12:04

Décès du chanteur égyptien "Chaâboula"

Le chanteur populaire égyptien Chaâbane Abderrahim, plus connu sous le nom de "Chaâboula" est…
Rejoignez nous sur :

Au Maroc, le tourisme continue de marginaliser un segment très important et surtout pérenne : le tourisme intérieur. L’été est une occasion en or pour constater les multiples dérapages et dysfonctionnements que les touristes marocains subissent et dont ils payent les frais. Hôtels, restaurants, transport...tous les secteurs font subir aux Marocains un diktat inexplicable. Non, nous n’exagérons rien. On comprend bien qu’un hôtel cinq étoiles facture un café à cinquante dirhams mais de là à faire payer un client un jus industriel, dont le litre se vend à dix dirhams, à 150 dirhams! Les restaurants font flamber leurs prix en dehors de tout contrôle des autorités compétentes. Certes les prix sont libéralisés mais dans des fourchettes logiques.

Dans les petites bourgades balnéaires du nord, les dépassements frisent le ridicule. Ce Marocain qui choisit cette région devra prendre son mal en patience avec le diktat du gardien de voitures, la violence verbale de gens venus de nulle part et qui t’obligent à payer le mètre carré de sable occupé, les prix hors toutes normes appliqués par les cafés et restaurants, les taxis qui refusent de faire fonctionner le compteur...etc. Ce même comportement on le retrouve au sud dans les plages de la banlieue d’Agadir, et dans d’autres villes.

Ce tourisme intérieur, dont les MRE font partie avec leurs familles, et qui représente quand même 25% des recettes globales du tourisme, ne ferait partie du centre d’intérêt ni des opérateurs ni du ministère. Les autorités locales ne sont pas en reste et participent à ce concert d’acharnement sur le touriste marocain. Il n’est donc pas étrange que 300.000 Marocains choisissent l’Espagne pour leurs vacances et 120.000 autres la Turquie avec une montée en puissance pour cette dernière. Au fait une semaine à Agadir ou à Tanger coûte largement plus cher qu’à Antalya. Dès lors, le choix est vite fait au regard du rapport qualité/prix.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages