A lire aussi

11-09-2019 13:38

Mohammedia : Saisie de 4,3 tonnes de produits de plastique et démantèlement de 2 unités clandestines

La commission provinciale mixte de contrôle a saisi plus de 4,3 tonnes de produits de plastique,…
Rejoignez nous sur :

Devant son incapacité à plafonner les marges sur les prix à la pompe, le gouvernement est appelé à anticiper une imminente flambée mondiale des cours. Comment peut-il y arriver? Déjà, officiellement, la piste du plafonnement n’est pas totalement abandonnée en dépit des tergiversations du ministre des Affaires générales, Lahcen Daoudi, et du rejet catégorique du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM). Un membre du gouvernement nous a confirmé que l’Exécutif pourrait y aller en solo s’il le faut (notre édition d’hier), mais en réalité, cette démarche est semée d’embûches. D’abord, au sein même du gouvernement, les tiraillement des deux principales composantes du cabinet El Otmani, le PJD et le RNI, constitue en soi un frein à toute décision collégiale.

Ensuite, rappelons-nous de l’avis défavorable du Conseil de la concurrence concernant le plafonnement et ses recommandations d’adoption de quatre leviers pour rendre le marché plus concurrentiel.

Enfin, le GPM considère que le plafonnement ne dispose pas de base juridique et que son adoption serait un retour à la situation de l’avant-libéralisation. Mais au-delà de ce débat entre le gouvernement et les professionnels, il ne faut pas oublier deux donnes cruciales dans toute décision à prendre: le strict intérêt du citoyen et la réalité des marchés internationaux, marquée par une tension quasi-explosive. Une question empêche El Otmani de fermer l’oeil: comment prendre le bâton par le milieu, protéger le consommateur d’une flambée des prix tout en maintenant l’intérêt commercial des distributeurs à des niveaux acceptés de tous ? Il est fort probable que l’Exécutif recourt à nouveau à la technique du «hedging », une assurance contre les hausses à venir, comme en 2013. Une solution coûteuse, qui ne rassure qu’à court terme. L’issue à cette problématique qui n’a que trop duré passe par une solution structurelle et définitive, aussi douloureuse soit-elle.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages