A lire aussi

20-09-2019 12:17

Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane

La Renaissance sportive de Berkane (RSB) a annoncé avoir recruté le Marocain Tarik Sektioui en tant…
Rejoignez nous sur :

Le Maroc a besoin d'espaces de débats sérieux qui mettent le doigt sur les maux économiques, sociaux et politiques et qui proposent des recommandations d'amélioration. Ces espaces doivent être encouragés afin de contribuer véritablement à l'essor du pays par la sincérité de la parole et la rigueur de la critique. La semaine passée, nous avons eu droit à deux jours de débats de haut niveau au sein de l'université d'été de la CGEM. Une initiative louable puisqu'elle a prôné la sincérité, la franchise et a banni la langue de bois. Vivement la deuxième édition !

Maintenant, le patronat est une puissante structure qui dispose d'une influence et de moyens lui permettant d'organiser pareille grand-messe. Quid, alors, de la société civile et des médias? Devant les multiples problématiques auxquelles nous avons continuellement droit, il n'y a (pratiquement) que deux versions. Celle du populisme des réseaux sociaux, et celle de l'incapacité de conviction des voix officielles.

Dans cette ambiance, il n'y a qu'un dialogue de sourds où chaque partie tient à faire valoir sa thèse comme la vérité absolue. Or, un débat de société sert à rapprocher les opinions, à concilier les divergences et à instaurer un climat de confiance. Comment y arriver alors ? Point de potion magique, seulement l'encouragement à une plus grande liberté de parole à travers les associations de la société civile, la presse et les médias publics, comme cela a été le cas en 2011, en plein Printemps arabe.

Aujourd'hui, notre pays a besoin de débats quotidiens sur ses télévisions publiques afin de canaliser les dérapages des réseaux sociaux. Le vide et la fuite en avant du pôle public de la SNRT portent un coup dur au Maroc, celui-ci faillant à sa mission. La presse, quant à elle, ne doit nullement être considérée comme nihiliste, quand elle joue son rôle de dénonciation des «trains» qui arrivent en retard.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages