A lire aussi

18-06-2019 14:27

Décès de Morsi. Les réactions fusent contre le gouvernement égyptien

Après la mort subite en pleine audience au tribunal de l’ancien président égyptien Mohammed Morsi,…
Rejoignez nous sur :
Économie

Le ministère a décidé d’attribuer 1400 à 2000 MW maximum à la moyenne tension d’ici 2030. Des tranches de production de 400 MW seront instituées chaque deux ans ainsi que des seuils de production pour l’industrie et le résidentiel.

La réflexion sur l’ouverture de la loi 13-09 au privé pour la production d’électricité de moyenne et basse tensions à partir de l’énergie solaire est toujours en cours au niveau du ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable. Autant le dire tout de suite, n’en déplaise aux nombreux investisseurs qui attendent depuis longtemps, 2019 ne sera pas l’année de l’ouverture de cette loi. Il faudra encore s’armer de patience et attendre ! Parce qu’Aziz Rabbah, le ministre de tutelle et son équipe (MEMDD, ANRE, ONEE et MASEN) entendent prendre encore leur temps, tout le temps nécessaire pour traiter ce dossier de «souveraineté» qu’ils jugent très délicat.

2000 MW maximum d’ici 2030
Selon le ministre, qui s’exprimait sur la question, le 7 mai dernier à Rabat lors de la présentation du second bilan approfondi des politiques énergétiques du Maroc par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), suite à l’interpellation d’un investisseur privé, «l’enjeu de l’ouverture de la loi 13-09, c’est justement de parvenir à l’ouvrir au privé tout en préservant l’équilibre du système actuellement en vigueur. Autrement dit, nous ne voulons pas tomber sur ce qui est arrivé au secteur informatique il y a quelques années, c’est-à-dire l’anarchie totale où on ne maîtrisait rien. Chacun venant vendre sur le marché marocain du matériel informatique venu de je ne sais pas où, à qui il voulait au prix qu’il voulait. Non, nous ne voulons pas que cela arrive dans le domaine des énergies renouvelables ». Dès lors, avant d’ouvrir la 13-09 dans le domaine solaire, l’Exécutif veut se doter d’un vrai cadre d’encadrement où tout sera fixé à l’avance, notamment : le nombre de kilowattheures qui sera attribué au privé, sa répartition entre l’industrie et le résidentiel, le quota par catégorie, le délai qui sera imparti au privé pour produire, la normalisation des produits qui seront admis à la commercialisation au Maroc à travers l’étiquetage, les conditions de vente à l’ONEE, etc… Ceci sans oublier les divers accords avec les autorités territoriales et l’entrée effective en service du gendarme du marché de l’électricité, en l’occurrence l’Agence nationale de la régulation électrique (ANRE), dont Rabbah veut étendre les prérogatives aux énergies renouvelables. Sur ces différents aspects de cadrage, le ministre a d’abord lâché que son équipe a décidé d’attribuer 1400 à 2000 MW maximum à la moyenne tension d’ici 2030. Autrement dit, la production électrique par le privé à partir de source solaire sera alignée sur les mêmes objectifs actuels que les centrales que construit Masen dans le solaire, l’éolien et l’hydraulique.

2 MW par unité industrielle
Les tranches de production seront cependant de 400 MW chaque deux ans, soit à multiplier par cinq pour atteindre l’échéance de 2030. Des seuils de production seront également fixés pour l’industrie et pour le résidentiel. On parle d’une moyenne de 2 MW par unité industrielle. Par contre, rien n’a filtré sur le seuil pour le résidentiel. Ceci étant, il faut signaler que rien de tout cela n’est encore définitif sur la question. La réflexion se poursuit encore. Entre temps, il y a déjà des réalisations dans le cadre de la 13-09, notamment dans le domaine éolien. En effet, 657 MW sont déjà développés dans l’éolien dans le cadre de la loi 13-09. Il s’agit des centrales d’Akhfenir 1 et 2 de 200 MW, d’Aftissat de 200 MW également, de Jbal Khalladi de 120 MW, de Foum Al Oued de 50 MW, de Haouma de 50 MW aussi et des installations de Lafarge (32 MW) et Cimar (5 MW).

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages