A lire aussi

22-08-2019 10:45

Phoenix Contact ouvre une filiale au Maroc

Le géant allemand des technologies électriques et électroniques industrielles vient d’ouvrir une…
Rejoignez nous sur :
Économie

Le premier trimestre 2019 a connu un ralentissement de la circulation monétaire, imputable principalement à la méforme du crédit bancaire.

Le rythme de croissance de la masse monétaire a ralenti à 3,8% après 4,5% un mois auparavant, en glissement annuel. Ce résultat reflète principalement le ralentissement du taux de progression des dépôts à vue auprès des banques qui est revenu de 3,7% à 3,3%, et celui de la circulation fiduciaire de 7,9% à 7,7%, explique Bank Al-Maghrib dans ses statistiques monétaires de mars 2019.

De même, la croissance des comptes à terme a décéléré de 4,6% à 3,9%, et les titres d’OPCVM monétaires ont enregistré une baisse de 5,1% après une hausse de 0,4%. Par contrepartie, l’évolution de la masse monétaire résulte en partie des créances nettes sur l’Administration centrale de 14,2% à 12,8%, ainsi que d’une atténuation de la baisse des RIN de 2,7% à 1,7%. En glissement mensuel, l’agrégat M3 a enregistré en mars 2019 une hausse de 0,4% pour s’établir à 1.314,7 MMDH. Une évolution attribuable à l’accroissement de 1,5% du crédit bancaire, de 2,1% des créances nettes sur l’Administration centrale et de 0,1% des réserves internationales nettes. La situation est également due au rythme de progression annuelle du crédit bancaire au secteur non financier qui a décéléré à 3,8% en mars 2019. Par objet économique, le rythme d’accroissement des crédits de trésorerie a diminué de 7,8% à 7%, alors que les crédits à l’équipement se sont accrus de 2,1% après 1,8% et les crédits à la consommation ont augmenté de 5,9% après 5,7%.

En revanche, le taux de progression des prêts à l’immobilier est resté quasi-inchangé à 3,6%. Par secteur institutionnel, la progression des prêts aux sociétés non financières publiques s’est ralentie de 5,9% à 3,2%, souligne BAM, notant que le taux de croissance des concours aux secteur privé est resté quasiment inchangé à 3,7%, recouvrant une stagnation de ceux aux sociétés non financières privées à 1,7% et une progression de 5,7% après 5,5% de ceux aux ménages. En glissement mensuel, le crédit bancaire au secteur non financier a augmenté de 1,5% en mars 2019.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages