A lire aussi

22-10-2019 09:46

La violence dans les stades au centre des débats

Le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, Hassan…
Rejoignez nous sur :
Économie

Son site de Gantour vient de lancer une compétition dénommée Mining Challenge by OCP où les startups sont invitées à se pencher sur quatre problématiques qui sapent sa productivité.

Le Groupe OCP s’ouvre enfin à l’open innovation! En partenariat avec l’incubateur de startups Impact Lab, OCP vient en effet de lancer sa toute première compétition du genre, dont le timing, les contours et les enjeux ont été présentés avant-hier, lors de l’inauguration de le Marrakech Mining Convention (MMC) qui se termine ce vendredi 19 avril dans la ville ocre (Voir ci-contre). Dénommée «Mining Challenge by OCP», la compétition, qui est officiellement ouverte depuis le 4 avril, consiste à challenger des startups marocaines et plus globalement africaines sur des solutions digitales à quatre problématiques qui sapent actuellement la productivité dans l’exploitation minière du site de Gantour. Il s’agit notamment d’optimiser l’extraction du phosphate tout en gardant intacte la qualité du minerai; de maintenir une activité de transport sécurisée et productive en cas de faible visibilité occasionnée par la poussière ; d’améliorer le pilotage et la performance de la dragline en termes de ciblage des roches ; et de faciliter voire d’anticiper- les pannes des équipements d’exploitation qui restent souvent des heures, parfois des jours, sans reprendre du service. Pour commencer, l’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 27 mai. Les startups intéressées peuvent consulter les conditions de participation sur www. ocpminingchallenge.com. Ensuite, un jury composé d’experts d’Impact Lab, de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir (UM6P), d’OCP siège et d’ingénieurs de la mine de Benguerir se réunira pour sélectionner 15 d’entre elles, offrant les meilleures solutions. Et puis, troisième étape, du 17 au 20 juin, ces 15 startups vivront l’expérience du bootcamp (traduisez camp d’entraînement): pendant ces 4 jours, elles devront challenger leur idée, l’enrichir, la faire grandir, évoluer, formaliser un business model digne de ce nom et ébaucher un business plan. Quatrième étape qui se tiendra le 21 juin: le demo day sera l’occasion pour elles de présenter leurs concepts.

Trois mois de coaching et de formation
La cinquième et avant-dernière étape, qui s’étale du 21 juin au 21 septembre est celle de l’accompagnement. Pendant trois mois, les startups seront aidées dans leur processus de création et dans les premières étapes de leur développement par du coaching opérationnel et des formations. Enfin, sixième et ultime étape, seules trois (3) startups (finalistes) seront retenues. C’est-à-dire les trois qui présentent des solutions digitales qui permettront à coup sûr de solutionner au moins un des problèmes posés. Ces dernières, qui proposent des innovations répondant aux sujets critiques posés, bénéficieront du financement de leur prototype.

«En effet, même si ces trois startups se retrouvent à la fin à devoir coopérer ensemble pour satisfaire une des quatre attentes d’OCP Benguerir, il faut reconnaître que l’office sortira quand même gagnant de ce programme», explique Leyt Zniber, co-fondateur d’Impact Lab, qui s’attend somme toute à beaucoup mieux que ce scénario, le plus pessimiste de tous. En effet, «les startups réfléchissent aux problèmes plutôt qu’aux solutions. C’est ce qui explique d’ailleurs leur réussite», ajoute-t-il, avec une pointe d’humour qui laisse entendre que l’issue finale ne sera pas quand même celle-là. En tous cas, OCP déploie un trésor de motivation des compétiteurs pour que ce ne soit pas le cas. En effet, OCP met plusieurs incitations à la disposition des startups. D’abord, il leur offre l’opportunité de faire du business avec un opérateur minier de rang mondial et tout son écosystème de filiales, sous-traitants, partenaires, etc. Ensuite, il les autorise à accéder aux talents du groupe, parmi lesquels des experts qui ont accumulé plusieurs dizaines d’années d’expérience. Il leur ouvre aussi ses infrastructures existantes qui auraient demandé aux startups d’investir beaucoup d’argent pour se les procurer. Parmi ces dernières, on peut notamment citer les laboratoires du groupe et le laboratoire mine expérimentale de l’UM6P. Sans oublier que les trois finalistes pourraient avoir la possibilité d’accéder au programme d’accélération de startups Impulse de l’UM6P.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages