Imprimer
Catégorie : Économie
Affichages : 1445

La Société nationale de commercialisation des semences entame une nouvelle étape dans la mise en œuvre de sa vision stratégique. À l’ordre du jour se trouve la réduction du risque lié à la concentration sur le marché historique des semences céréalières.

Près de huit années après l’élaboration de sa vision stratégique qui prend fin en 2020, la SONACOS veut avoir davantage de visibilité sur les marchés ou la société sera sollicitée. C’est le marché africain qui est en ligne de mire de cette nouvelle approche de diversification, à côté d’autres objectifs tracés par la nouvelle feuille de route de l’entreprise étatique. «La SONACOS souhaite consolider cette orientation et investir de nouveaux marchés au niveau national et international, notamment en Afrique», précise le cadre tracé pour la société qui a réalisé un chiffre d’affaires entre 2016 et 2017 de l’ordre de 1,2 MMDH. Pour formuler les principales actions, un diagnostic de l’activité sera réalisé et vise à «mettre en valeur les atouts en termes de ressources et compétences actuelles en lien avec les produits distribués. Cette analyse devra tenir compte de l’ensemble des études réalisées par la SONACOS», ajoute la feuille de route qui a été tracée.

Réduire le risque de concentration
A côté de la commercialisation des semences sélectionnées certifiées de céréales, de betteraves à sucre, de fourrages, de légumineuses alimentaires, de pommes de terre et autres produits maraîchers, la société nationale intervient aussi dans d’autres secteurs, notamment les engrais et les produits phytosanitaires dans une démarche de diversification des activités dans l’objectif de réduire le risque lié à la concentration sur le marché historique des semences céréalières. L’étude projetée devra aussi tenir compte du cadre réglementaire, douanier et fiscal qui peut représenter des opportunités pour la diversification. L’offre actuelle sur le marché national devra quant à elle offrir plus de visibilité «par typologie de produits ainsi que l’offre disponible au niveau national et territorial en termes de volume d’activité à traiter», indiquent les orientations tracées pour le diagnostic projeté. «Il s’agit également d’identifier l’évolution future de l’offre disponible en intrants agricoles, de même que pour la demande, il s’agit de définir les différents segments de clients et de comprendre leurs comportements aussi bien sur les marchés actuels que potentiels», selon la feuille de route tracée par la société.

Une étude de marché sera lancée pour l’analyse de la demande au niveau national. L’environnement concurrentiel sera lui aussi réévalué avec l’identification des acteurs présents sur les marchés ainsi que les barrières à l’entrée en termes de diversification. Le tout sera articulé autour «des segments de marché disposant d’un attrait et pour lesquels la SONACOS dispose d’atouts stratégiques forts», insiste le management de la société.

La projection de la stratégie de diversification sera pour sa part très détaillée. Des objectifs devront en effet être formulés en termes de volumes de produits distribués, de chiffres d’affaires additionnels générés ainsi que d’impact sur la rentabilité. La carte des fertilités reste elle aussi cruciale pour cibler les interventions programmées, notamment pour mieux lutter contre la faiblesse des rendements de certaines zones. Au niveau du marché local, l’enjeu primordial est essentiellement lié à la sensibilisation des petits agriculteurs sur la plus-value des semences certifiées et leur impact sur les récoltes. 


Un plan de financement pluriannuel

L’opérationnalisation de la stratégie de diversification se fera via la définition de mesures d’accompagnement ainsi que par un plan de financement pluriannuel en vue de déterminer les besoins en investissements. Un calendrier de mise en œuvre de la politique de diversification sera aussi tracé avec plusieurs indicateurs d’évaluation. La mise en relation avec les principaux acteurs identifiés sera quant à elle opérée et devra permettre de lancer concrètement les projets. Il est à noter que la SONACOS dispose actuellement de 16 centres régionaux et de près de 400 points de ventes sans compter le réseau de distributeurs composé de revendeurs et dépositaires. Pour rappel, l’objectif du Plan Maroc Vert est d’atteindre à l’horizon 2020 une superficie emblavée en semences sélectionnées de céréales d’automne de 45% ainsi qu’un taux d’utilisation pour les légumineuses alimentaires de 10% et pour les fourrages de l’ordre de 31%.