A lire aussi

23-04-2019 15:49

Marrakech : ITFC signe six accords commerciaux de haut niveau

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du groupe de la…
Rejoignez nous sur :
Économie

La visite du roi d'Espagne était l’occasion d'insuffler une nouvelle vie à la coopération bilatérale maroco-espagnole. Cela se traduit par l’activation du Conseil économique Maroc-Espagne et la signature de plusieurs conventions dans les domaines économique et culturel.

La visite d’État du roi d’Espagne Felipe VI et de la reine Letizia a été marquée par la signature d’une batterie d’accords et de protocoles entre le Maroc et l’Espagne. Dans cette panoplie de documents, certains textes avaient certes une valeur un brin symbolique. Néanmoins, le point fort de cette visite était l’installation du Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES). Lancé en 2017 à l’initiative du patronat marocain, la CGEM et son homologue espagnol la CEOE, ce cadre de travail est composé de 30 entreprises de chaque pays. Il devrait se pencher sur les moyens à même de donner un coup d’accélérateur à la coopération économique et commerciale entre les deux pays. Le CEMAES devrait promouvoir l’arrivée des capitaux espagnols, toujours à la traîne sous nos latitudes. Il est prévu que le roi Felipe VI prononce un discours durant cette cérémonie qui devrait avoir lieu au siège du ministère des Affaires étrangères et de la coopération à Rabat. Selon la presse espagnole, les autorités espagnoles ont transmis leurs vifs remerciements à leurs homologues marocaines pour les efforts consentis en matière de lutte contre l’immigration irrégulière. À ce propos, El Pais, qui cite des sources diplomatiques, a souligné que le souverain espagnol aurait souhaité une intensification des contrôles au niveau de l’immigration irrégulière.

Sur ce registre, un accord a été paraphé entre les ministères marocain et espagnol de l’Intérieur. Selon ce qu'a indiqué le département espagnol dans un communiqué, ce protocole de coopération intensifie la collaboration entre les deux départements en matière de lutte contre la délinquance et le crime organisé. De plus, ce protocole a pour but de «resserrer la coopération entre les deux pays en matière d’enquête et de persécution de la délinquance et du crime organisé». La nouvelle convention portera des améliorations au niveau des poursuites concernant les meurtres, les séquestrations, l’exploitation sexuelle des mineurs, le trafic d'armes, le blanchiment et les falsifications, ajoute le département espagnol.

En outre, le texte prévoit «la mise en place de nouveaux mécanismes de coopération à travers l’échange d'informations et l’assistance opérationnelle sur le terrain entre les forces de l’ordre et de sécurité». Rappelons à ce sujet que le Maroc et l’Espagne dispose d’un cadre inédit de coopération au niveau des commissariats bilatéraux à Tanger et Algésiras. Des rencontres de travail et des formations ont été stipulées dans ce nouveau cadre de coopération. Il est à souligner que des actions de ce calibre sont déjà menées comme par exemple les stages de perfectionnement que prodigue l'École de formation des policiers d’Avila aux policiers marocains. Signe des temps qui changent, la signature d’un accord de coopération de haut niveau entre les ports de Tanger Med et celui d’Algésiras.

À travers ce document, les deux terminaux ont mis officiellement fin à leurs rivalités sur le détroit. Le port d'Algésiras a célébré cette nouvelle en émettant un communiqué mettant en exergue la portée de ce nouveau rapprochement entre les deux terminaux du détroit.

Concrètement, le document permet de «faciliter les échanges commerciaux entre les deux ports à travers la mise en place d’un cadre normatif entre les deux autorités portuaires pour assurer plus de rapidité au niveau du traitement des flux de marchandises et de passagers», souligne l’autorité du port d’Algésiras.

Il est question d’un échange d'informations entre les deux ports à travers la digitalisation de l’ensemble des données commerciales et maritimes incluant les procédures administratives et la traçabilité.

Aussi, le texte prévoit «la mise en place d’une offre portuaire maritime et logistique compétitive en tenant compte de l’évolution du trafic et de son caractère saisonnier», ajoute le port andalou.

Dans le domaine de l’énergie, un mémorandum d’entente pour la création d’une troisième interconnexion électrique entre les deux rives a été paraphé. Le hasard du calendrier a servi sur un plateau d’autres motifs pour que cette visite royale soit entourée de succès. La veille de la visite royale, le Parlement européen, jadis source de tension et de préoccupation pour les deux pays, a célébré, à sa manière, cette rencontre royale. L'adoption par les eurodéputés avec une majorité confortable du protocole de pêche signé entre le Maroc et l’Union européenne qui profite dans une large mesure à la filière espagnole fut une jolie offrande à cette amitié hispano-marocaine et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la Cour de justice du Luxembourg a renvoyé aux abysses une demande du Polisario d'annulation du mandat de négociation octroyé au Conseil de l’Europe pour mener les négociations sur l’accord de pêche. Le terrain est balisé ! 


La culture est aussi au cœur de la coopération

Outre l’économie et le commerce, la culture était au centre des accords paraphés durant la visite d’État du roi d’Espagne. Bien avant l’arrivée du monarque sous nos cieux, le gouvernement espagnol avait autorisé lors de son dernier Conseil de gouvernement la donation irrévocable au profit du Maroc du théâtre Cervantes situé à Tanger. Cette donation a été rendue effective mercredi à travers un accord signé entre les deux pays. De même un ensemble de conventions à caractère culturel portant par exemple sur l’organisation d’expositions en Espagne sur les collections royales des deux pays ont été ratifiées.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages