A lire aussi

21-05-2019 14:25

Cosumar revoit son identité visuelle

À l’occasion de ses 90 ans, Cosumar a conçu une plateforme de marque pour accompagner son…
Rejoignez nous sur :
Économie

Le marché des bons du Trésor (BDT) ne devrait pas être déstabilisé par un important besoin du Trésor public en 2019. Les analystes de CDG Capital estiment que ce marché devrait connaître une détente s'expliquant aussi par la sortie à l'internationale attendue au cours du premier semestre 2019. 

Le marché des bons du Trésor (BDT) ne devrait pas être déstabilisé par un important besoin du Trésor public en 2019. C’est ce qui ressort d’une analyse élaborée par les économistes de CDG Capital. Ceux-ci considèrent d’ailleurs que, sur la base d’une estimation du PIB nominal pour les années 2018 et 2019 en utilisant les taux de croissance prévus de 3,5% et 3,2% et les taux d’inflation de 2% et 1% respectivement, le déficit public s’affiche en faible augmentation de 600 MDH à 43,2 milliards de DH (MMDH).

D'ailleurs, selon Bank Al-Maghrib, sous l’hypothèse de la matérialisation des entrées prévues de dons des pays du CCG, le déficit budgétaire au titre de 2019 serait de 3,8% en 2019 et de 3,6% en 2020. Dans ce sillage, «sur la base d’une hypothèse de financement totale du déficit sur le marché des BDT, les levées brutes du Trésor devraient augmenter de seulement 7 MMDH, et ce, compte tenu de la baisse des tombées allégées grâce aux opérations d'échange de titres menées au cours de 2018», poursuivent les analystes de CDG Capital. Outre le léger creusement du déficit public, ces analystes estiment que le marché des BDT devrait connaître une détente s'expliquant aussi par la sortie à l'internationale du Trésor attendue au premier semestre 2019.

Taux d'intérêt: une évolution différenciée
Reste à préciser qu’au terme de l’année 2018, les levées brutes du Trésor se sont établies à 115,1 MMDH, en hausse de 4%, après des baisses de 0,6% en 2017 et de 25% en 2016. Cette évolution recouvre la hausse du volume souscrit des maturités moyennes de 19,8% pour atteindre 74 MMDH, prédominant les levées à hauteur de 64,3% après 55,8% l’année précédente, atténuée par le recul du volume levé en maturités courtes et longues respectivement de 28,1% et 3,1% pour se situer à 18,2 et 22,8 MMDH et représenter respectivement 15,8% et 19,9% des levées après 22,9% et 21,3% un an auparavant. Compte tenu des remboursements du Trésor qui ont augmenté, en glissement annuel, de 1,8% pour s’établir à 85,6 MMDH au terme de 2018, les levées nettes du Trésor ont augmenté de 10,6% par rapport à l’année précédente pour atteindre 29,5 MMDH. Eu égard à ces évolutions, l’encours des bons du Trésor émis par adjudication s’est établi à 546,2 MMDH. S’agissant du volume des soumissions au terme de l’année 2018, il a atteint 334,8 MMDH, en baisse de 22,1% par rapport à fin 2017. Le volume soumissionné des maturités courtes a reculé de 48,5% pour se situer à 79 MMDH, soit 23,6% du volume des soumissions contre 35,7% l’année dernière. Pour sa part, le volume soumissionné des maturités moyennes a reculé de 4% pour s’établir à 199,8 MMDH, canalisant 59,7% du volume des soumissions après 48,4% un an auparavant. De son côté, le volume soumissionné des maturités longues s’est replié de 18% pour atteindre 56 MMDH, représentant 16,7% des soumissions après 15,9% l’année précédente. En moyenne annuelle, les taux des bons du Trésor au titre de l’année 2018 ont enregistré une évolution différenciée par rapport à 2017, recouvrant des hausses comprises entre 1 et 8 points de base (pbs) et des replis compris entre 2 et 11 pbs. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages