A lire aussi

16-10-2018 12:49

Un nouveau système d'évaluation du handicap en perspective

La ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du développement social, Bassima…
Rejoignez nous sur :
Crédit Agricole Fellah Trade
Économie

Les autorités du port d’Algésiras étudient les pistes en vue d’une meilleure collaboration avec le méga-port de Tanger Med, à travers la modernisation de la flotte reliant les deux établissements et l'assouplissement des démarches douanières.

L'autorité portuaire de la Baie d’Algésiras (APBA) et le port de Tanger Med souhaitent moderniser la flotte des ferries du détroit. Les deux établissements planchent sur un plan de renouvellement des bateaux desservant les deux rives. C’est ce qu’a déclaré le président du port espagnol, Manuel Moron, lors d’une rencontre avec des professionnels de sa région. Le responsable du port andalou a souligné que des pourparlers sont en cours avec les autorités du terminal tangérois pour mener à bien ce projet. L'idée est que la modernisation de la flotte touche non seulement les ferries dédiés aux passagers mais aussi les navires rouliers. «Ces bateaux ne sont pas adéquats», a-t-il souligné durant cette rencontre, référence faite aux nuages de fumée s'échappant de ces embarcations lors du démarrage des moteurs.

Selon le président du port d’Algésiras, des discussions sont en cours avec les autorités marocaines pour lancer des appels d’offres concernant les différentes dessertes présentant un réel potentiel de développement. «Cette expérience a été menée sur la ligne Tarifa-Tanger-ville. Les compagnies maritimes ont besoin de s'assurer une certaine activité pour pouvoir investir dans une flotte plus moderne», a-t-il ajouté.

De ce fait, le port espagnol nourrit de grandes ambitions pour le trafic dans le détroit. Moron a toutefois regretté le fait que le rythme des conversations avec les autorités marocaines soit un brin lent, et a exprimé le souhait que les pourparlers avancent plus rapidement. Dans un souci de respect environnemental, le port d’Algésiras veut aussi que les nouvelles acquisitions ouvrent la porte à l’usage du gaz liquéfié, moins polluant. «L’environnement est une problématique pour laquelle nous fournissons de grand efforts», a insisté le président du port espagnol.

Le terminal espagnol est engagé dans un exercice permanent de renouveau et de modernisation de ses installations. Toutefois, il est à souligner que l’établissement portuaire n'appréhende plus son voisin tangérois comme un rival, mais comme un allié avec lequel se partager les bénéfices du juteux commerce du trafic dans le détroit de Gibraltar.

À cet égard, et comme nous l’avions annoncé, Moron a lancé une idée qui pourrait donner un coup d’accélérateur aux échanges commerciaux entre les deux rives. De ce fait, Moron a annoncé l’intention de son établissement de solliciter, auprès des autorités compétentes, la mise en place d’une brigade d’inspection douanière mixte maroco-espagnole. À l’instar des commissariats mixtes maroco-espagnols en service à Algésiras, les ports pourraient accueillir des agents des deux pays pour effectuer ces contrôles, a-t-il proposé.

Selon l'argument de Moron, les marchandises passées au peigne fin au Maroc doivent repasser un autre contrôle, une heure après seulement, sur le sol espagnol. Ce double exercice pourrait être évité en mettant en place des agents marocains et espagnols, a-t-il suggéré. Cette nouvelle mesure réduira la bureaucratie, le temps d’attente et optimisera l’important flux des marchandises transitant entre les deux rives de la Méditerranée, estime-t-on auprès de l’APBA. Le terminal veut mettre en place un «cachet unique» comme c’est le cas dans le port anglais de Dover (Douvres) et son homologue français de Calais . «Ce n’est pas une idée absurde. Des agents de la Guardia Civil exercent au Maroc et des gendarmes marocains à Algésiras. Il est possible de faire la même chose avec des inspecteurs douaniers», a-t-il clamé.    


Algésiras-Tanger Med : 14 navires en service

Selon l’APBA, cinq compagnies maritimes opèrent entre les deux ports marocain et espagnol, et exploitent 14 navires sur cette ligne. Il s’agit de Trasmediterranea, propriétaire de deux navires, le Las Palmas de Gran Canaria, construit en 1993, et le Ciudad de Malaga en 1998. De son côté, FRS opère sur cette desserte au moyen de 4 navires: le navire mixte (Ro-pax) Kattegat, construit en 1996, Algésiras jet en 1999, Tanger Express et le Ro-pax El Andalus Express, construit en 1987. Quant à la compagnie Balearia, elle dispose de 5 navires, le plus vieux étant le ferry Poeta Lopez Anglada, fabriqué en 1984. La compagnie nationale Intershiping exploite sur cette ligne le Med Star, un navire mixte construit en 1986. Le dernier arrivant, AML, a dédié deux navires à cette ligne dont le Morocco Star, sorti des chantiers en 1980.

Credit Agricole Fellah Trade 201/ 2019

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages