A lire aussi

15-10-2018 11:07

Tanger organise sa 1re Bourse régionale du tourisme

Pour cette première édition, près de 200 opérateurs parmi lesquels des voyagistes et Tours…
Rejoignez nous sur :
Économie
Crédit Agricole Fellah Trade

Contrairement à l’édition précédente, la version 2018, qui se tiendra jeudi 20 septembre à Agadir, a été programmée avant le démarrage de la campagne d’exportation des fruits et légumes prévu début octobre.

Après avoir traité les nouvelles tendances commerciales des fruits et légumes, en l’occurrence la nécessité d’aller vers plus de tomates de segmentation et de variété, le symposium international initié par l’Association marocaine des producteurs-exportateurs de fruits et légumes (APEFEL) et celle des conditionneurs maraîchers (AMCOM) en partenariat avec la FIFEL et l’EACCE revient sur un sujet d’actualité à l'occasion de cette manifestation bisannuelle. Il s’agit de l’environnement dans lequel évoluent les exportations marocaines de fruits et légumes.

Et contrairement à l’édition précédente, la version 2018, qui se tiendra jeudi 20 septembre à Agadir, a été programmée avant le démarrage de la campagne d’exportation des fruits et légumes, prévu début octobre, afin d’expliquer aux professionnels, notamment les groupes exportateurs, les stations de conditionnement et producteurs les principales évolutions survenues ces dernières années. «L’objectif est de dresser l’état des lieux de cette période qui a permis aux producteurs-exportateurs de s’adapter, plus ou moins, aux chamboulements politiques et économiques que connaît ce secteur», note le comité d’organisation.

Il s’agit essentiellement de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) et des contraintes y afférentes sur le plan réglementaire, mais aussi du renouvellement de l’accord agricole avec le royaume et l’UE et de l’accompagnement des exportations vers les marchés nord-américains, scandinaves et russe. D'autres contraintes freinent les exportations marocaines de fruits et légumes, parmi lesquelles figurent les barrières non tarifaires. C’est le cas de la nouvelle décision d’exécution (UE) 2018/638 de la Commission du 23 avril 2018 établissant les mesures d'urgence destinées à éviter l'introduction et la propagation de la spodoptera frugiperda au sein de l'UE.

À cet égard, le contrôle phytosanitaire des poivrons, piments et aubergines d'origine marocaine est devenu systématique (taux de contrôle de 100%). D’autres thématiques seront abordées lors de ce symposuim, notamment la question de la grande distribution, le rôle de l’interprofession et son positionnement.

Credit Agricole Fellah Trade 201/ 2019

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages