A lire aussi

14-11-2019 16:15

La Chambre des représentants adopte la première partie du PLF 2020

Résultat de recherche d'images pour "vote parlement maroc"
La Chambre des représentants a adopté, jeudi en séance plénière, la première partie du projet de…
Rejoignez nous sur :
Économie

Index de l'article

Huit écosystèmes régionaux ont été lancés dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle (PAI) au niveau de la région Souss-Massa. Cette dernière accordera aux investisseurs une subvention  calculée sur la base de 250 DH/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 ha.

Le Plan d’accélération industrielle (PAI) amorce une nouvelle étape. L’intégration tant attendue de l’économie régionale a été lancée, en fin de semaine, à Agadir. Et c’est le roi Mohammed VI, qui a présidé la cérémonie de présentation de cette déclinaison régionale du PAI pour la période 2014-2020 dans la région de Souss-Massa à travers la signature de huit conventions et d’un protocole d’accord pour la réalisation de plusieurs investissements industriels. De ce fait, la région Souss-Massa, qui fait partie des premières régions ayant validé leur Plan de développement régional (PDR) sera le premier territoire qui activera la déclinaison sectorielle et régionale des écosystèmes industriels. Pour ce faire, la démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa est basée sur la consolidation de trois secteurs industriels historiques au niveau de la région, à savoir, la construction navale, l’agro-industrie et la chimie mais aussi cinq secteurs émergents, leviers d’accélération industrielle, en l’occurrence l’automobile, le cuir, les matériaux de construction, la plasturgie et l’offshoring. Au total, «le projet industriel du Souss-Massa porte l’ambition de créer 24.000 nouveaux emplois à terme, en partenariat avec les fédérations professionnelles et dont les premiers seront générés par les projets signés», souligne Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique.

Industrie navale : La région Souss-Massa bien lotie
La Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME) s’est engagée à créer 1.000 emplois au niveau de la Région Souss-Massa à travers des projets d’investissement lancés dans les activités de construction et de réparation navale. Pour ce faire, le ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique (MIICEN) s’est chargé d'appuyer les investisseurs du secteur de l’industrie navale désirant s’installer dans la Région Souss-Massa, ou ceux déjà installés dans la région conformément aux conditions et modalités prévues dans le contrat-performance pour le développement de l’écosystème «Industrie navale». Pour renforcer l’attractivité de la Région Souss-Massa, le Conseil régional accordera aux investisseurs de l’industrie navale une subvention de soutien en appui aux nouveaux projets d'investissement calculée sur la base de 250 dhs/m² de foncier pour une superficie maximale d’1 hectare. Cette subvention sera accordée après le démarrage effectif de l'activité dûment constaté par la Commission régionale de suivi. Cette subvention de soutien viendra en sus de la prime à l’investissement accordée dans le cadre du Fonds de développement industriel et des investissements (FDII). Les modalités pratiques et le fonctionnement du mécanisme d’appui (subvention de 250 DH/m²) seront arrêtés sur proposition du Conseil régional par le comité régional de suivi dans un délai de 6 mois après la signature de la convention.

Agro-industrie : Un budget de 1,5 MMDH  
La convention pour la déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la Région Souss-Massa porte sur la création de 5.100 emplois au niveau de la même région à travers la réalisation de 48 projets d’investissements correspondant à un montant d’investissement global de 1,5 MMDH, au niveau de l'industrie agroalimentaire, notamment à travers la valorisation des fruits et légumes frais, la transformation des fruits et légumes, l’industrie laitière et celle des viandes. À cet égard, l’État s’est engagé à appuyer les investisseurs opérant dans les activités précitées désirant s’installer dans la région ou ceux déjà installés conformément aux conditions et modalités prévues par le contrat-programme 2017-2021 relatif au développement du secteur des industries agroalimentaires signé le 17 avril 2017 à Meknès. À l’instar du chantier naval, le Conseil régional s’est engagé à accorder aux investisseurs de l’industrie agroalimentaire une subvention en appui aux nouveaux projets d'investissement calculée sur la base de 250 dhs/m2 de foncier pour une superficie maximale d’1 hectare au niveau de l’Agropole et des zones industrielles de la région. Cette subvention de soutien viendra en sus de la prime à l’investissement accordée dans le cadre du contrat-programme susmentionné, elle sera accordée après le démarrage effectif de l'activité dûment constaté par la Commission régionale de suivi.

Écosystème de la chimie : 500 emplois créés
Dans le cadre de l’Écosystème de la chimie organique et l’Écosystème de la chimie verte, la Fédération de la chimie et de la parachimie (FCP) s’est engagée à créer 500 emplois au niveau de la Région Souss-Massa à travers le lancement de projets d’investissement dans le cadre desdits Écosystèmes de la chimie organique et de la chimie verte. À l’instar des autres activités, le ministère de tutelle se charge d'appuyer les investisseurs du secteur de la chimie désirant s’installer dans la Région Souss-Massa conformément aux modalités prévues dans les contrats-performances signés avec la FCP alors que la région accordera à l’instar des autres activités une subvention de soutien en appui aux nouveaux projets d’investissement (de 250 dhs/m2 de foncier pour une superficie maximale d’1 hectare).

Métiers mondiaux : Cinq secteurs émergents dans la région
S’agissant des secteurs émergents, leviers d’accélération industrielle, l’implémentation du PAI au niveau de la région permettra le développement de nouveaux écosystèmes dans les secteurs de la sous-traitance automobile, le cuir, les matériaux de construction, la plasturgie en plus de l’offshoring. Au total, ces nouvelles niches généreront 17.000 emplois.

Écosystème de l’automobile, cuir et matériaux de construction
Dans le détail, près de 10.000 emplois seront créés par l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA) au niveau de la Région
Souss-Massa à travers le lancement de projets d’investissement, notamment dans les activités de câblage, coiffes automobiles, injection plastique et fabrication de pièces de rechange. En ce qui concerne la déclinaison régionale de l’Écosystème de l’industrie du cuir, il permettra la création de 2.000 emplois au niveau de la région à travers le lancement de cinq projets d’investissement dans l’Écosystème chaussures. S’agissant de l’industrie des matériaux de construction, la Fédération des industries de matériaux de construction (FMC) générera 2.500 emplois au niveau de la région via le lancement des projets dans le cadre de cet écosystème qui concerne plusieurs filières. Celle du «préfabriqué» à travers quatre projets d’unités de fabrication de produits en béton, confiée aux sociétés «Sadet», «Vetcam», «Daoud Building» et «Sicmaco». Pour la filière Ciment et valorisation des déchets, qui sera développée par Ciment du Maroc et Lafarge Holcim, ce projet qui mobilisera 100 MDH consiste à mettre en place une plateforme de valorisation énergétique des déchets ménagers par l’installation d’une usine de production des RDF (combustible de substitution du Fuel). De plus, la filière «Briqueterie» dont le projet de création d’une unité de fabrication de briques en terre cuite est porté par la société «Briqueterie d’Atlantique» à hauteur de 55 MDH.

Plasturgie, papier-carton et offshoring
Pour ce qui est de la plasturgie, cette filière qui englobe les filières de l’emballage et de la plasticulture engendrera 1.500 emplois grâce à la mise en place d’une unité de fabrication de barquettes et caisses agricoles, à hauteur de 60 MDH, par la Société générale industrielle plastiques du Souss (SGIPS) tandis que pour la filière plasticulture, une unité de fabrication de tubes d’irrigation pour agriculture sera mise en service par la société «Amal bandes plastiques» avec un investissement de 35 MDH en plus d’une autre usine des films de paillage et tubes d’irrigation par l’entreprise «Fellah Manufacturing». Les derniers écosystèmes concernent l’industrie de papier et carton grâce à un projet porté par la société GHARB papier et carton (GPC) sous forme d’un centre de ramassage de papiers et cartons recyclables et la réalisation d’un projet d’extension de son unité de carton ondulé à Agadir, à hauteur de 135 MDH alors que l’écosystème de l’offshoring entraînera la création d’un nouveau centre de relation clientèle par entreprise française Webhelp, d'externalisation de la gestion de l'expérience client et des processus métier avec un investissement de 24,56 MDH. L’ensemble de ces projets bénéficieront des avantages précités.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages