A lire aussi

11-12-2017 10:11

Le financement participatif pour relancer le secteur ?

Face à la conjoncture morose, les professionnels tablent sur un mode de financement plus flexible…
Rejoignez nous sur :
Économie

Les professionnels espagnols de la pêche ont réitéré la requête formulée à la CE pour entamer des négociations permettant la reconduite de l’actuel protocole, lequel arrive à terme en juillet 2018.

La filière espagnole de la pêche se prépare pour l’expiration de l’accord de pêche. Le protocole signé entre le Maroc et l’Union européenne en 2013 et entré en vigueur le 15 juillet 2014, prendra fin en 2018. À cet effet, la Confédération espagnole de pêche (Cepesca) souhaite la reprise des négociations avec Rabat, pour un renouvellement dudit protocole, qui arrive à terme en juillet prochain. Contacté par Les Inspirations ÉCO, Pedro Maza, vice-président de Cepesca, ne cache pas sa préoccupation quant au retard qu’accuse la reprise des négociations.

La Commission européenne doit recevoir le mandat du conseil pour entamer les négociations avec le Maroc. Une procédure qui aurait dû être bouclée, se lamente l’armateur espagnol. Sur ce registre, une réunion a eu lieu hier avec des membres de Cepesca et la direction générale de pêche auprès de la CE. Selon Maza, son organisme a transmis aux autorités européennes son souhait de démarrer rapidement les négociations avec les autorités marocaines. Y aura-t-il des modifications majeures dans le prochain accord, principalement concernant la question de débarquement dans les ports marocains? La contrepartie financière connaîtra-t-elle une quelconque modification? Ces questions d’ordre technique ne préoccupent guère les professionnels espagnols. «Notre principal objectif à présent est que la reprise des négociations se fasse dans les plus brefs délais. Nous avons formulé cette requête quelques mois plus tôt mais rien n’a été fait». A priori, les deux parties sont prêtes à reprendre le long chemin des négociations. «La volonté politique est bel et bien présente, d’autant plus que nous avons demandé clairement aux autorités européennes si le climat politique entre les deux partenaires est au beau fixe, et la réponse était rassurante», souligne ce professionnel espagnol.

La source espagnole a souligné qu’une réunion informelle, réunissant des responsables de Bruxelles avec leurs homologues marocains, aura lieu à Rabat le 4 octobre, où ce dossier sera probablement abordé. Cependant, aucune date ne circule encore concernant la reprise des négociations. Par ailleurs, force est de préciser que le gouvernement espagnol semble avoir d’autres chats à fouetter, en ce moment, et porte peu d’intérêt à ce dossier. Certes, des réunions informelles ont eu lieu entre les chargés de ce dossier du côté marocain et européen, toutefois, le secteur estime que beaucoup de temps avait été perdu. Le protocole, présenté comme un pacte de «nouvelle génération», mettant l’accent sur «la durabilité environnementale, la rentabilité économique et la légalité internationale», est entré après un long et difficile accouchement. Rappelons que l’accord bénéficie, en grande partie, au voisin espagnol. Les armateurs de ce pays disposent de 90 licences, exploitées, en grande partie par la flotte andalouse et canarienne.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages