A lire aussi

16-08-2019 14:30

Les médecins du public en grève nationale pour 48H

Les médecins du secteur public ont entamé, jeudi 15 août, une grève nationale pour faire valoir…
Rejoignez nous sur :
Économie

La feuille de route pour une mobilité durable au Maroc sera élaborée en complémentarité avec les stratégies et plans engagés, notamment ceux en relation avec les secteurs de la logistique, de l’aménagement des villes, de l’énergie et du développement durable.

La feuille de route pour la mobilité durable au Maroc verra enfin le jour avant la fin de l’année ! C’est la promesse faite par le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif et son équipe, lors de l’atelier de démarrage des travaux d’élaboration de cet outil qu’ils ont organisé, mercredi dernier à Rabat.

À cette occasion, Najib Boulif a notamment déclaré que «cette feuille de route s’inscrit dans l’engagement du Maroc, en tant que président de la COP22, à présenter un premier draft de ce projet lors de la COP23, prévue en novembre 2017 à Bonn, et donner ainsi l’exemple à d’autres pays en matière d’adaptation, aux niveaux régional et national, dans le cadre de la Macro-feuille de route globale pour la transformation du transport, élaborée par la plateforme internationale Paris Process for Mobility and Climate (PPMC)». Le Maroc, avec son rôle de président de la COP22, s’engage comme premier pays à entamer l’élaboration d’une feuille de route répondant aux défis et opportunités spécifiques du royaume où le secteur du transport est responsable de 28,8% des émissions de gaz à effet de serre.

La feuille de route pour une mobilité durable au Maroc sera élaborée en complémentarité avec les stratégies et plans engagés, notamment ceux en relation avec les secteurs de la logistique, de l’aménagement des villes, de l’énergie et du développement durable, a-t-il assuré, ajoutant qu’elle devra être ambitieuse en termes de mitigation et d’adaptation, anticiper l’évolution des besoins de transport dans un monde connecté et mobile et inclure de nouvelles technologies et modes de gouvernance. «C’est dans la perspective de présenter un premier draft de cette feuille de route lors de la COP23, prévue en novembre 2017 à Bonn, et d’inspirer d’autres pays à suivre notre exemple, que nous avons jugé utile d’organiser le présent atelier de démarrage de cette initiative et ce, dans le cadre d’une approche participative et itérative avec l’ensemble des acteurs clés dans le domaine de la mobilité», a noté le ministre. Conçue comme un processus participatif et itératif, la feuille de route prendra en compte les priorités et opportunités spécifiques du royaume, ainsi que les principales stratégies nationales. Placé sous la tutelle du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau et financé par l’Agence de coopération technique allemande (GIZ), en collaboration avec la Société d’investissements énergétiques (SIE), ce projet comprend huit axes d’intervention, à savoir : la transformation urbaine synergique, l’énergie à bas carbone, l’optimisation shift modal et efficacité, l’optimisation des chaînes logistiques, l’adaptation des infrastructures, les réductions de voyages, les outils financiers et réglementaires et les solutions pour le monde rural. Pour commencer, l’atelier de démarrage s’est attaqué à trois thèmes.

Les discussions et débats ont notamment porté sur les priorités et opportunités de ce projet, le rôle des outils réglementaires et financiers et la réussite de l’adaptation des réseaux de transport. Il sera suivi par d’autres ateliers destinés à avancer dans l’élaboration de cet outil stratégique qui permettra de répondre à la constante croissance des déplacements, d’améliorer l'efficacité des mouvements des personnes et des marchandises et de réduire leur incidence sur l’environnement. En attendant, rappelons que l’insertion de cette feuille de route du Maroc dans la Macro-feuille de route transport du PPMC vise à créer des stratégies de transport durable cohérentes, dans le cadre d’une vision commune de la mobilité durable, ce qui facilitera l’accès aux financements auprès des bailleurs de fonds internationaux et des investisseurs privés. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages