A lire aussi

10-12-2019 15:51

Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif

Le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) a annoncé la réélection…
Rejoignez nous sur :
Économie

Le ministère de l’Équipement agît en priorité sur les pratiques d’entreposage et le système de livraison. De nouvelles zones sont aménagées pour les grossistes.

En marge du 9e Forum international du transport tenu récemment à Leipzig en Allemagne , le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, est revenu sur la problématique de la logistique urbaine. Le département de l’Équipement a lancé début 2016 des zones logistiques urbaines dans le cadre d’une feuille de route du ministère de tutelle établie sur la base d’une étude lancée en 2014 par le gouvernement pour la structuration de la logistique urbaine à l'intérieur des grandes villes. Cette étude avait recommandé d'instaurer ces zones à proximité des agropoles et de réserver 1/4 de la superficie des zones industrielles aux opérateurs logistiques.

Pour combattre les gros bouchons, notamment dans les grandes villes, le ministère entend agir à la fois au niveau de l’infrastructure et sur celui des pratiques de transport. «Nous voulons d’abord mettre en place plus d’infrastructures de transport en capitalisant notamment sur la création de contournements, de ponts, de tunnels qui permettent de fluidifier les villes et d’avoir une mobilité aisée». Le grand lifting de villes comme Casablanca, lancé récemment, s’intègre donc aussi dans le cadre de cette démarche. «Mais il s’agit aussi de revoir comment nous transportons les marchandises au sein de nos villes. Nous travaillons d’ailleurs sur des services de logistique adaptés à nos villes».

Le projet piloté par l’AMDL a choisi des villes de tailles différentes : il s’agit de grandes métropoles comme Casablanca mais aussi de villes moyennes et petites qui seront annoncées prochainement. «Nous allons injecter de l’agent en vue de démontrer à travers des quick-wins que la logistique urbaine peut nous être très bénéfique», promet Rabbah. S’attaquer à un gros morceau comme Casablanca dans le cadre d’une expérience pilote peut paraître risqué, mais le ministre semble confiant à ce niveau. «Nous avons déjà identifié plusieurs projets et les résultats sont prometteurs : Nous agirons d’abord sur le volet entreposage pour les grossistes et nous réformerons ensuite le système de livraison».

Le département de l’Équipement vient d’ailleurs d’aménager un site particulier pour composantes et pièces détachées d’automobile réunissant garagistes, mécaniciens et autres spécialistes. «Nous allons aussi identifier des plateformes spécialisées dans la vente de matériaux de construction et nous mettrons en place des parkings spécialisés pour les poids lourds», promet Rabbah. L’objectif in fine est d’aboutir à une mutualisation des trafics de ces zones en périphérie de la ville de Casablanca. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages