A lire aussi

20-11-2017 08:56

Retard des pluies : Les agriculteurs sont inquiets

La tension monte d’un cran chez les agriculteurs devant l’absence de pluies. La situation des…
Rejoignez nous sur :
Décryptages / Focus

Dr. Mary Ellen Weber, l'astronaute de la NASA qui a participé à deux missions spatiales, marque par sa présence, le Gravity Tour organisé par l'Association d'astronomie de Rabat (2AR), l'Association marocaine des sciences et l'Ambassade des États-Unis au Maroc du 20 au 23 janvier 2015. Elle vient, comme elle nous le précise lors de son escale de Fès, pour partager son expérience avec des jeunes Marocains et les inciter à s'intéresser à la recherche spatiale.

Les ÉCO : Vous êtes à Fès dans le cadre du programme Gravity Tour. Pourquoi cette visite au Maroc ?   
Dr. Mary Ellen Weber : C'est la première fois que je visite le Maroc et l'Afrique. Avant Fès, je suis allée àTanger. Il y a deux objectifs derrière cette visite. Le premier objectif est de parler des vols spatiaux américains et leur importance pour l'avenir de l'humanité et de plusieurs pays dont le Maroc, sachant que l'exploration spatiale n'est jamais facile. Il est très difficile même d'être dans un espace autre que la terre. Le second objectif est de dire qu'il est important de suivre ces vols et ces explorations spatiales, vu la portée de la recherche liée à l'astronomie pour l'humanité et le progrès dans différents domaines et je suis là pour inciter les jeunes du Maroc et du Monde à étudier les sciences, notamment les mathématiques et l'ingénierie et d'aller loin dans leurs rêves pour trouver des solutions aux problèmes que nous avons rencontrés et aussi qu'ils aillent au-delà dans le développement de la recherche scientifique pour atteindre ce que nous n'avons pas pu atteindre.  

Est-ce qu'être astronaute était un rêve d'enfance pour vous ?
Quand j'ai été enfant, le nombre de cosmonautes était très faible et très petite, j'ai vu les premiers pas des cosmonautes sur la Lune et qui ne me ressemblaient pas. Plusieurs années après, je suis devenue une des premières femmes astronautes. J'ai été recrutée par la NASA avec d'autres personnes de nationalités et de cultures différentes. J'ai travaillé pendant 10 ans à la NASA sur la technologie spatiale, entre autres, et j'ai participé à deux missions spatiales, STS -70, à bord de Discovery, lancée le 13 juillet 1995 et STS-101, à bord de Atlantic, lancée le 19 mai 2000.  

Et comment avez-vous été recrutée par la NASA ?
Je suis ingénieur chimiste. J'ai obtenu un premier diplôme à l'Université Purdue, par la suite un doctorat en chimie-physique à l'Université de Californie à Berkeley et un diplôme supérieur à la Southern Methodist University. J'ai commencé à m'intéresser à l'espace pendant mes études universitaires, sachant que je ne connaissais rien de ce monde. J'ai appris à l'aimer comme j'aimais l'ingénierie chimique. J'ai, par la suite, contacté la NASA pour l'intégrer. J'ai été chanceuse d'être sélectionnée parmi un groupe d'astronautes en 1992. Et c'était la première année qu'on ouvrait la NASA à des personnes de nationalités étrangères. Il y avait parmi ce groupe, un Français, un Japonais et deux Canadiens.
 
Comment s'est passé votre premier vol spatial ?
Je me rappelle que dés que nous sommes arrivés dans l'espace, j'ai détaché ma ceinture et je me suis précipitée vers la fenêtre pour voir l'extérieur. C'était un sentiment exraordinaire que je ne saurais réellement décrire. Il y avait plusieurs sentiments en même temps de force et de beauté. J'ai été très contente et très soulagée aussi d'avoir réussi cette mission.

Le tourisme spatial, vous y croyez ?
Je pense que c'est très difficile et les risques encourus sont énormes. Il y a des entreprises qui travaillent pour construire des navettes spatiales pour le tourisme de l'espace, mais je ne suis pas sûre que ce type de tourisme soit sécurisé prochainement. 


 

Carte de visite
Dr. Mary Ellen Weber était parmi les plus jeunes à voler dans l'espace et elle a accumulé plus de 450 heures dans l'espace. Au cours de sa carrière de dix ans avec la NASA, elle a occupé plusieurs postes. Elle a travaillé dans la commercialisation de la technologie, et dans le cadre d'une équipe rattachée au directeur général de la NASA, elle a travaillé directement avec une société de capital-risque afin d'identifier et de développer un projet d'entreprise s'appuyant sur une technologie spatiale. Elle a aussi assuré la liaison des affaires législatives au siège de la NASA à Washington DC, l'interfaçage avec le Congrès et la direction générale de la NASA. Avant cette nomination, elle a été présidente du conseil de passation des marchés pour les entrepreneurs du programme de biotechnologie, et elle a également travaillé avec une équipe qui a remanié le plan de 2 milliards de dollars pour les installations de recherche de la station spatiale. La principale mission technique de Weber au sein du Bureau des astronautes était les préparatifs de la navette au centre de lancement spatial Kennedy, la charge et le développement de la science et le développement des normes et méthodes en matière de formation de l'équipage en sciences. Elle a obtenu la Médaille du service exceptionnel de la NASA. Elle en a démissionné en décembre 2002. Weber est depuis avril 2012, vice-présidente des affaires gouvernementales et politiques à l'Université du Texas, un centre avec un budget de 1,6 milliard de dollars pour la recherche, avec cinq lauréats du Prix Nobel et cinq hôpitaux affiliés.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages