A lire aussi

13-11-2019 14:21

Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington

Othman Benjelloun et son épouse primés par le centre de recherche américain Middle East Institute…
Rejoignez nous sur :
Culture

Le Festival Anmoggar N’Jazz revient pour une troisième édition du 21 au 27 octobre à Agadir. Sa mission : promouvoir et célébrer le Jazz dans toute sa richesse et sa diversité à Agadir et dans sa région. Hauts les cœurs.

Une programmation costaud, un jazz métissé et européen, c’est ce que propose le Festival Anmoggar N’Jazz à partir de ce 21 octobre à Agadir. Créé par l’association Anmoggar N’Jazz, née en juillet 2018 grâce à un groupe de bénévoles amoureux de la ville d’Agadir et du Jazz, le festival continue sa lancée après avoir été pensé par l’Institut Français d’Agadir. L’association a pour vocation de promouvoir la musique et le Jazz sous toutes ses formes. «Notre association, si jeune soit-elle, suscite un réel intérêt à Agadir et dans sa région. Elle compte déjà une centaine d’adhérents, tous unis par les mêmes passions. Vision : Agadir, du fait de sa vocation touristique de renommée mondiale, doit pouvoir s’inscrire dans le programme international des festivals de Jazz. Valeurs: Liberté de pensée, ouverture d’esprit, partage, tolérance, paix, intégration, dialogue interculturel, compréhension mutuelle, création et créativité. Mission : Promouvoir et célébrer le Jazz dans toute sa richesse et sa diversité à Agadir et dans sa région», confie son président Hassan Squalli.

«Anmoggar N Jazz, dans sa dimension internationale, a été créée dans le but de doter la ville d’Agadir d’un levier qui permette de donner une impulsion socio-culturelle et de promouvoir le jazz de manière générale : le jazz, comme musique mais aussi comme état d’esprit. Anmoggar N Jazz entend apporter sa contribution à la formation de techniciens du spectacle et l’accompagnement des futurs jazzmen marocains au sommet de leur passion», continue ce dernier.

La programmation costaud verra la participation d’Éric Legnini Trio, Enzo Carniel Quintet ou les Tunisiens Wajdi Riahi Quintet. Jazz Flamenco aussi avec Jorge Pardo, ce flûtiste, saxophoniste et compositeur autodidacte qui trouve son inspiration dans la musique jazz des années 70 pour ensuite se passionner pour le flamenco grâce à Paco de Lucia avec qui il collabore pendant vingt ans. Il enregistrera avec lui «Paco de Lucia plays Manuel de Falla». Sa double passion pour le jazz et le flamenco lui permet de créer un nouvel univers musical connu sous le nom de «flamenco fusion». La liste est encore longue et sera dévoilée prochainement. À suivre...

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages