Imprimer
Affichages : 414

«Marriage Story» de Noah Baumbach raconte avec beaucoup de compassion et d’âme un divorce alors que la famille souhaite rester, malgré tout, unie. Une chronique incisive et débordante d’humanité où le réalisateur s’inspire de la vie de ses acteurs. Coup de cœur.

L’histoire est simple: un metteur en scène et sa femme, comédienne, se débattent dans un divorce en apparence facile mais qui devient exténuant, ce qui les pousse à tous les extrêmes. Le film commence par des voix off qui font l’apologie de l’amour et de la vie en couple. Un mariage presque banal mais qui dure, qui marche grâce aux petits détails du quotidien. Et pourtant, Charlie et Nicole, couple soudé et heureux parents de Henri, divorcent. Parce que ce couple fort en apparence a des failles. Adam Driver et Scarlett Johansson sont percutants de justesse en couple qui souhaite divorcer à l’amiable mais qui se sent dépassé par les événements. Il n’y a ni bourreaux, ni victimes. Ils sont d’excellents parents, des époux formidables qui ont fait tout ce qu’ils ont pu. Entre deux mondes, deux villes que tout oppose et un fils, les nouveaux divorcés tentent de trouver un sens à leur vie. L’histoire est simple, l’histoire d’un divorce. Mais elle est tellement bien racontée, ficelée avec beaucoup de grâce et de rythme. La mise en scène est simple, la réalisation presque simpliste parce que la force réside dans le dialogue et la force des mots. Un film au supplément d’âme qui rapproche le spectateur des personnages et de leurs états d’âmes. Ils nous embarquent volontiers dans leur chaos et la brutalité du changement. On se questionne sur les débuts qui ne sont finalement pas éternels, sur le «jusqu’à ce que la mort nous sépare» qui arrive plus tôt que prévu. Adam Driver est poignant. Il signe là un de ses plus beaux rôles en metteur en scène new-yorkais à qui tout réussit sauf la vie, qui a du mal à diriger sa propre existence. Dans la retenue et l’optimisme le plus souvent, ses moments d’implosion et d’explosion sont de toute beauté. Une des plus belles et des fortes interprétations masculines de la semaine.