A lire aussi

20-11-2019 10:22

Actifs immobiliers. Hausse de 0,9% des prix

L’Indice des prix des actifs immobiliers de Bank Al-Maghrib (BAM) pour le troisième trimestre (T3)…
Rejoignez nous sur :
Culture

Le Festival international du film de Venise se tiendra du 28 août au 7 septembre avec une sélection triée sur le volet. Le plus ancien festival de cinéma au monde réunir  tout le meilleur du cinéma pour sa 76e édition qui s’annonce déjà légendaire.

Meryl Streep, Robert de Niro, Catherine Deneuve, Mick Jagger, Brad Pitt, Johnny Depp, Joaquin Phénix et bien d’autres se donnent rendez-vous à la prochaine Mostra de Venise, histoire d’illuminer le tapis rouge. La sélection officielle du festival qui aura lieu du 28 août au 7 septembre vient d’être dévoilée il y a quelques jours. Et le programme est alléchant. Comme à son accoutumée, le festival est une sorte de prémice de la Cérémonie des Oscars. L’année dernière Roma d’Alfonso Cuaron avait remporté le Lion d’or avant d’emmener avec lui la petite statuette hollywoodienne tant convoitée. Le Festival avait proposé en avant-première «A star is born» de Bradley Cooper qui avait lui aussi eu plusieurs nominations et l’Oscar de la meilleure chanson pour Lady Gaga. Que se passera-t-il cette année ?

Les plus attendus…
Les rumeurs disaient déjà, depuis plusieurs semaines, que le dernier Joker de Joaquin Phénix et le dernier opus de James Gray n’allaient sûrement pas échappé à la Mostra de Venise. C’est désormais confirmé. Le nouveau Joker de Todd Philips dont il a dévoilé la bande annonce à la fois romantique, touchante, glaçante et profondément noire est en compétition officielle ! Il y raconte la genèse d’un des personnages les plus dangereux et fascinants de Gotham City, l’ennemi à la fois effrayant et attachant de Batman. «La Warner Bros a été convaincue assez vite de le présenter lors de la Mostra», explique Alberto Barbera, directeur artistique de la Mostra de Venise à Variety. «Parce que c’est un film très surprenant, le plus surprenant que l’on ait cette année… Celui-ci va partir directement aux Oscars, même s’il est sombre, âpre et violent. C’est d’une ambition folle. «Un film qui serait déjà favori pour le Lion d’or si ce n’est l’acteur le plus écorché vif de sa génération qui compte le rafler encore une fois. Joaquin Phénix avait déjà reçu le Lion d’or pour «The Master» en 2013. Compte-t-il réitérer l’expérience avec un des rôles qui se présente déjà comme un des plus importants de sa vie ? Difficile à prédire quand, dans cette compétition costaude, le dernier opus de James Gray, Ad Astra, met en vedette un certain Brad Pitt. L’acteur qui fait son grand retour à Holywood avec «Once Upon a time…in Holywood» de Tarentino, enfile sa combinaison d’astronaute pour sauver le monde. Il campe le rôle de Roy McBride qui s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine et notre place dans l’univers. Un film dont les premières images annonce une cinématographie brillante et un regard encore affûté du grand James Gray.

Films audacieux
La sélection dévoilée est pleine de surprises. Le Chili sera représenté par le film EMA de Pabloa Larrain avec Gael Garcia Bernal sur le calvaire d’une procédure d’adoption. Gael Garcia Bernal qui est à l’affiche d’un autre film, celui d’Olivier Assayas avec Wasp Network et la Havane pendant la guerre froide. Il partage l’affiche avec Pénélope Cruz et Edgar Ramirez. Roman Polanski revisité l’histoire et l’affaire Dreyfus avec «J’accuse» et son casting de rêve mettant en vedette Jean Dujardin, Louis Garrel et Emmanuelle Seigner avant de céder la place à Meryl Streep, Gary Oldman et Antonio Banderas qui s’attaque à l’affaire Panama Papers dans «Laundromat» de Steven Soderbergh. Le divorce sera traité par Adam BauBach avec Scarlett Johanson et Adam Driver, le brillant Atom Egoyan revient avec «Guest of Honor» et les relations compliquées père-fille. Une adaptation de «Waiting for the Barbarians» de J.M. Coetzee par Ciro Guerra verra la participation à la Mostra de Robert Pattinson, Johnny Depp et la rockstar britannique Mick Jagger fera son retour dans «The Burnt Orange Heresy», présenté hors compétition. Après une histoire de famille, Hirokazu Kore-eda revient avec un film français qui fera l’ouverture de cette édition. Choix surprenant pour le génie japonais qui compte diriger Catherine Deneuve et Juliette Binoche. Le film raconte l’histoire de Fabienne, icône du cinéma, mère de Lumir, scénariste. La publication de ses mémoires ramène sa fille et sa famille des États-Unis dans la maison familiale parisienne. Néanmoins, les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles se révèlent sous le regard intrigué des hommes. Or, Fabienne est actuellement en plein tournage d’un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent alors, obligeant mère et fille à se retrouver. Affaire à suivre.

Place à la femme arabe
Une des rares femmes en sélection cette année est arabe : la Saoudienne Haifa Al-Mansour. Si Cannes et Berlin ont fait attention à la parité cette année, il n’en sera pas le cas pour la Mostra qui ont sélectionné deux femmes réalisatrices en compétition seulement. La seconde est l’Australienne Shannon Murphy. Haifa Al-Mansour présentera «The perfect candidate», l’histoire d’une jeune femme médecin qui se présente aux élections municipales dans une société conservatrice dominée par les hommes. Autre bonne nouvelle pour le cinéma arabe, l’actrice égypto-tunisienne Hend Sabry fait partie du jury de cette 76e édition. L’actrice l’a annoncé aux médias et se dit fière d’être la première femme arabe à avoir cet honneur. La star tunisienne aura son mot à dire dans la remise du Prix Luigi De Laurentiis du meilleur long métrage, au sein d’un jury composé d’Émir Kusturica en tant que président, Antonietta De Lillo et Michael J. Werner. Activiste, l’actrice a toujours dénoncé la stigmatisation que subissaient la femme arabe et l’actrice dans le monde du cinéma. Riche d’une filmographie brillante, elle ajoute une expérience internationale et plus d’une corde à son arc. Néanmoins, Alberto Barbera, le directeur artistique en annonçant la sélection officielle à Rome précise que : «De nombreux films abordent cette année le thème de la condition féminine dans le monde qui, même lorsqu’ils sont réalisés par des hommes révèlent une nouvelle sensibilité preuve que les polémiques des dernières années ont marqué notre culture». Le jury sera présidé par Lucrecia Martel, première femme latino américaine à présider le jury de compétition à la Mostra. Une édition qui promet d’être riche. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages