Imprimer
Affichages : 852

Cette année, l’espace Bab Makina ressemblera, du 14 au 22 juin, plus de 30 pays et de nombreuses stars, dont Marcel Khalifa, Sami Yusuf, José Merce et Tomatito, le World Youth Orchestra, outre les chants et danses rituelles des femmes de Cuba, l’art du Muwashah d’Alep et les Chants Sacrés de Perse.

Le programme de la 25e édition du Festival des musiques sacrées de Fès vient d’être dévoilé. Cette année l’espace Bab Makina ressemblera, du 14 au 22 juin, plus de 30 pays et de nombreuses stars, dont Marcel Khalifa, Sami Yusuf, José Merce et Tomatito, l’ensemble andalou de Fès, le World Youth Orchestra, outre les chants et danses rituelles des femmes de Cuba, et l’art du Muwashah d’Alep et les Chants Sacrés de Perse. L’ouverture sera marquée par une création intitulée «Fès, mémoire du futur». L’ambition est de raconter l’histoire de Fès à travers des pièces artistiques. Les organisateurs affirment que cette édition, tenue sous le thème : «Fès, à la confluence des cultures», aura une ambiance exceptionnelle d’autant qu’elle coïncide avec la vingtième année de l’intronisation du Roi.

Dans ce cadre une réunion chapeautée par le wali de la Région Fès-Meknès, du président de l’Association esprit de Fès, Abderrafih Zouitene, ainsi que du comité d’organisation, sera tenue cette semaine pour mettre au point les derniers préparatifs de cette vingt-cinquième édition du festival. Pour ce qui est du financement, le festival va bénéficier cette année de l’appui des principaux partenaires dans la région, à savoir la commune de Fès et le Conseil de la Région Fès- Meknès avec une enveloppe de 2 MDH pour chacun et la commune d’EL Mechouar Fès Jdid, avec une contribution de 4 MDH, dont 2 MDH au titre de l’année 2018 et 2 MDH pour 2019. Nécessitant généralement un budget global de 15 MDH, le reste du financement sera assuré par les partenaires et sponsors privés.

Pour Abderrafih Zouitene, président de la Fondation esprit de Fès, initiatrice de l’événement, «le festival s’inscrit dans la continuité et vise à promouvoir la ville de Fès, son âme et ses cultures pour mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l’ouverture sur l’autre, l’esprit de tolérance et d’accueil, la richesse de son patrimoine matériel et immatériel». Et d’ajouter, «les générations défilent au cours des siècles, mais l’âme de la ville de Fès se perpétue, et ce, grâce aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles, creuset de l’histoire du Maroc, mais également de son renouveau».

En effet, à l’initiative du Roi Mohammed VI la Médina de Fès connaît aujourd’hui une renaissance exceptionnelle lui donnant une nouvelle vie. Différents monuments emblématiques fondouks, medersas, kissarias et autres ont été restaurés avec une approche unique pour leur donner une animation telle qu’elle prévalait originellement. C’est ce renouveau et cette histoire que le festival et son forum ont souhaité faire rayonner à l’international afin d’imprimer la marque Fès. Grâce à une nouvelle orientation de la stratégie de partenariats et de communication tournée vers le digital, les retombées médiatiques ont renforcé l’attractivité touristique de la ville de Fès et l’activité touristique a connu une hausse sans précédent en 2017 et 2018. Il faut noter que l’Unesco a consacré en 2018 un partenariat officiel avec la Fondation esprit de Fès à l’unanimité de son Comité exécutif. Quant à l’ONU, elle a désigné le festival de Fès et son forum comme figurant parmi les événements contribuant d’une manière significative au dialogue des civilisations.

Le forum du festival
Le forum, moment fort d’échanges et d’interrogations dans un monde en pleine mutation, traitera de la thématique «Fès, à la confluence des cultures» et verra la présence de plusieurs écrivains, chercheurs, philosophes, penseurs. Parmi les axes qui sont programmés au forum on trouve: «Les nécessaires fondamentaux d’un dialogue entre les cultures», «La connaissance avant le jugement, l’idée avant l’opinion» et «Les modes de vie dans les cités traditionnelles et les valeurs spirituelles de respect sous-jacentes». Pour Driss Khrouz, directeur général de la fondation, «notre objectif commun est de porter haut ces valeurs, dans un monde marqué par la montée des extrémismes et faire rayonner la marque Maroc et celle de Fès». Et d’ajouter : «La confluence des cultures consacrée par cet itinéraire du festival de Fès sera notre source d’inspiration. Elle sera ce souffle qui nous permettra de débattre et d’écouter d’éminentes personnalités qui irriguent par leurs idées et par leurs créations cette culture de la paix, cette valeur de respect et de reconnaissance de tout ce qui alimente toutes les formes vertueuses de la spiritualité».