A lire aussi

10-12-2019 10:35

Mondial 2022 au Qatar : l'enquête en France confiée à un juge d'instruction

r des Après trois ans d'investigations, l'enquête en France sur les conditions d'attribution de la…
Rejoignez nous sur :
Culture

Le Festival Gnaoua et musiques du monde continuer à former sa relève. Avec OMMA (Ouled Mogador Music Action) qui en est à sa 3e édition. L’objectif est de stimuler la créativité des jeunes talents et les aider à se perfectionner dans le domaine musical. Coulisses.

De la musique mais surtout de l’action ou des actions concrètes. Telle est l’ambition du projet OMMA né en 2015 afin d’offrir des formations aux métiers de la musique aux jeunes d’Essaouira et de la région leur permettant de gagner en visibilité et en savoir-faire. Une projet aussi logique que nécessaire dans une société qui n’a pas d’industrie musicale en besoin permanent de relève. OMMA s’articule autour de trois temps : la sélection des groupes, la formation aux métiers de la musique via des ateliers portés par des professionnels et enfin l’enregistrement d’un titre et la prestation de concerts.

Coup de projecteurs sur la jeunesse …
L’appel à candidature lancé en octobre a permis de récolter plus d’une dizaine de dossiers. Nouveauté de cette 3e édition, l’appel à candidature s’est ouvert sur toute la région et a dépassé le cadre d’Essaouira. Des candidatures de Marrakech, Agadir ou encore Taroudant ont enrichi l’offre de sélection. Le jury composé de professionnels de la musique s’est basé sur différents critères dont l’originalité des compositions de la formation, la qualité de la production, le niveau artistique ainsi que la prestation scénique et pour cette 3e édition 3 groupes ont été sélectionnés. Dans le style hip hop, c’est M-Top qui a convaincu le jury. Originaire d’Essaouira, le rappeur Ayoub Es-Saouisi a déjà une certaine expérience du métier. Depuis 2008, sa carrière solo l’a amené à se produire dans différentes villes au Maroc et partager la scène avec de grands noms, comme Gnawa Diffusion lors de l’édition 2017 du Festival gnaoua et musiques du monde d’Essaouira. Concernant la fusion, c’est le groupe Vala Wind qui remporte la mise. Originaires de Taroudant, les six musiciens de Vala Wind se définissent comme un groupe de world music, adepte de la fusion des styles : dakka roudania, malhoune, musique berbère, reggae, rock, jazz…Ils doivent le nom de leur groupe au nom donné par les Romains à la ville de Taroudant : Vala. Ils ont sorti leur premier album en 2016 «Vala Wind». Le 3e groupe sélectionné vient d’Agadir et se nomme Zegro Band. Créé en 2013, les 7 musiciens Gadiris de ce groupe de fusion s’inspirent de la culture et du patrimoine musical de leur ville natale en les mettant au goût du public grâce à des rythmes modernes. Leur but est de toucher le public, jeune et moins jeune en rendant vivantes des mélodies de notre patrimoine. Zegro Band se produit régulièrement dans les festivals depuis 2013.

Partager l’amour de la musique et ses métiers
OMMA, c’est avant tout la volonté de partage. Pendant une semaine, du 20 au 27 février, près de 10 professionnels de la musique animeront des ateliers afin que les trois formations sélectionnées bénéficient du meilleur dans des domaines variés : la composition, l’écriture, la scénographie, l’enregistrement, la communication, les droits d’auteur, l’aspect technique (balance, fiche technique…) et la pré-production. L'essentiel des aspects du métier de musicien leur sera expliqué et enseigné par des professionnels du secteur. À l’issue de cette résidence artistique, les groupes enregistreront chacun un titre pour ensuite se produire à Casablanca et Rabat en première partie d’un concert d’un maâlem gnaoua : le 28 février, Abdenbi Guedari à la Renaissance à Rabat, Mustapha Bakbou le 1er mars au Backstage à Casablanca et le 2 mars Abdeslam Alikane au Boultek à Casablanca. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages