A lire aussi

16-04-2018 17:15

Les tests logiciels au cœur d'une journée d'étude à Casablanca

La fédération des technologies de l'information des télécommunication et de l'offshoring (APEBI) et…
Rejoignez nous sur :
Culture

Pour sa première exposition personnelle,l’espace d’art Artorium donne carte blanche au peintre marocain Hassani, qui présentera en exclusivité son nouveau travail du 12 avril au 16 juin.

L’espace d’art Artorium présente «Chants de nuit», la nouvelle exposition personnelle de Hassani. L’artiste y dévoile un parcours regroupant trois périodes importantes dans son œuvre : échiquier, corps singuliers et enfin une sélection de ses nouvelles créations. «Hassani nous permet à cet instant précis de son œuvre de nous retourner sur ce qui fit la caractéristique de son travail pictural, depuis ses séries autour de l’échiquier qui furent longtemps sa marque, ses «corps singuliers» aux silhouettes génériques qui parlaient de notre condition existentielle et universelle jusqu’aux grands aplats de couleur monochromes qui, usant des recouvrements et des effacements, touchaient aux puissantes limites de l’abstraction comme on les connaît dans la grande peinture américaine», explique la commissaire de l’exposition.

Sa nouvelle série de toiles de grand format, comme autant de chants de nuit, montre à quel point il est possible d’atteindre des horizons de spiritualité qui pourraient donner le vertige. Format récurrent, le rectangle pousse à l’introspection, exaltant la force créatrice de l’artiste. Messager de l’espoir, Hassani prouve encore une fois, à travers cette exposition, qu’il est possible de peindre au delà de l’épreuve.

Chacune de ses toiles devient une promesse de recommencement et ouvre à une espérance agissante que connaissent bien ceux qui ont dû traverser la nuit. Il est à rappeler que l’espace d’art Artorium est un lieu d'échange et de partage, c'est un espace d'art dédié à la promotion culturelle ouvert du mardi au samedi, porté par la Fondation TGCC qui œuvre pour la démocratisation de l'accès à la culture. Il a été pensé pour accueillir différentes manifestations culturelles avec l’intention de rendre l’art accessible.

Pour cette exposition, la Fondation TGCC, convaincue que la culture rassemble, veut démontrer son ambition d’utiliser l’art pour servir des causes sociales. Ainsi, les œuvres offertes par l’artiste à la fondation seront vendues au profit de l’association Bab Rayan avec laquelle la fondation collabore.

CAM SIAM

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages