A lire aussi

18-06-2018 12:55

Coupe du monde : La «diversité» prend sa revanche

Ces enfants de migrants devenus footballeurs confirment une nouvelle fois que le sport est un beau…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour des financements responsables
Culture

Le pavillon France du 24e Salon international de l’édition et du livre de Casablanca accueille du 8 au 18 février une quarantaine d’auteurs et d’intellectuels marocains et français invités à dialoguer avec le public au fil de débats et de rencontres littéraires autour du thème de «L’imaginaire des langues». Zoom sur le programme. 

Le pavillon France profite du SIEL pour dévoiler son programme riche, en stand ou hors stand lors de nocturnes à l’Institut français. En présence de Sanaa El Aji, Jalal El Hakmaoui et Nadia Essalmi, le pavillon a donné un avant goût au public de ce qui l’attendra jusqu’au 18 février. Après le thème de «la poétique de la relation» l’année dernière, place à l’imaginaire mais pas n’importe lequel : celui des langues ! Après avoir démontré qu’il fallait une relation autre que la mondialisation qui régisse le monde ; une relation vraie et non pas que financière telle que lors de l’édition précédente, place à une édition qui met en avant ce paysage plurilingue qu’est le Maroc ! «La difficulté est de trouver un programme en tenant compte de plusieurs facteurs : actualité littéraire, auteurs qui ont un intérêt pour le Maroc, le sud, et bien qu’ils soient en lien avec les thématiques», confie la responsable du pavillon désigné cette année en la personne de la talentueuse Soukaina Hachem. Cette année, l’une des têtes d’affiche, Daniel Rondeau, a longtemps séjourné à Tanger à qui il a dédié un premier ouvrage en 1987. Il vient présenter «Mécaniques du chaos», Grand prix du roman de l'Académie française, une radiographie du monde contemporain. À ses côtés et venant de nombreux horizons, plusieurs intervenants sont amenés à interroger la fonction de l’écrivain et à proposer une approche renouvelée de la réalité littéraire. Parmi eux, Patrick Deville, Arno Bertina, Kamel Daoud, Tiphaine Samoyault, Jalal El Hakmaoui, Olivier Rolin, Étienne Balibar, Patrick Boucheron, François Beaune, Nadia Essalmi, Sanaa El Aji pour ne citer qu’eux. La littérature «jeunesse marocaine» est mise à l’honneur sur le stand du pavillon France avec l’organisation de cinq matinées «Jeunesse» articulées autour d’ateliers d’origami, de portraits et de caricatures ou encore de lectures de contes pour les jeunes enfants. De plus, l’Institut français du Maroc profite de la venue de ces intellectuels pour organiser un programme Hors-les-murs de tournées d’auteurs sur l’ensemble du territoire marocain : ceux-ci interviennent en nocturne à l’Institut français de Casablanca ainsi que dans les lycées et universités de nombreuses villes, telles que Rabat, Fès, Casablanca, Agadir, Marrakech ou Tanger. Dans le cadre d’un programme de trois ans initié par le ministère français de la Culture et destiné à soutenir la traduction entre le français et l’arabe, une première rencontre professionnelle d’éditeurs français et arabes est organisée en marge du Salon.

À cette occasion, les questions autour des flux de traductions, mais aussi sur les conditions de circulation et de réception des œuvres, les échanges entre éditeurs, la formation des traducteurs et la promotion des auteurs sont abordées. Sans oublier qu’à l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le CNDH organise avec le soutien de l’Institut français du Maroc une rencontre avec Henri Leclerc, pénaliste français et ancien président de la Ligue des droits de l’homme, autour de son livre La parole et l’action. Ce dernier dialoguera avec Me Michel Tubiana, également avocat et militant engagé.

GCAM Engagés pour une citoyenneté accomplie

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages