A lire aussi

16-08-2019 09:18

La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah

Une unité de la Marine Royale en mission en Atlantique a réussi, jeudi, à déjouer une opération de…
Rejoignez nous sur :
Culture

Le Madjazz revient pour une 7e édition du 6 au 8 avril qui promet de belles émotions. Une initiative de l’association MarocK’Jeunes et de l’Institut français de Marrakech.

L’association MarocK’Jeunes et l’IF Marrakech organisent la 7e édition du Madjazz Festival. Durant 3 soirées, le public est invité à découvrir une programmation éclectique débutant par un jazz aux accents classiques avec le Trio 90° se poursuivant avec la fusion du Marrakech Jazz Beat, pour finir avec la pop délicate et envoûtante de Meryem Aboulouafa. Le Trio parisien 90° apporte avec lui de quoi faire voyager ses auditeurs le temps d’un concert.

Au programme, un mélange raffiné de reprises de chansons et de musique françaises, ainsi que de compositions du trio, le tout teinté de jazz et de musique classique. Gainsbourg, Chopin, Prévert, Ravel, Ferré ; réinterprétés avec fraîcheur et lyrisme par Alexis Pivot (piano), Étienne Renard (contrebasse) et Clément Brajtman (batterie). Quant au groupe Marrakech Jazz Beat, il se forme suite à des années de rencontres et d’apprivoisement entre les deux leaders Radouan Naim et Grégory Jouandon de cette formation de 9 musiciens. Les deux artistes créent une musique miroir ou les éléments de deux mondes se croisent, se redécouvrent et finissent par se fondre en un seul et nouvel élément. Il est question ici d’une recherche intense sur les combinaisons possibles entre l’immense variété de la musique marocaine et le foisonnement de la musique afro-américaine.

Dans un autre univers, plus poétique et aérien, l’auteure, compositeur et interprète vivant à Casablanca, Meryem Aboulouafa puise son inspiration au gré de rencontres, enrichit petit à petit son univers artistique jusqu’à décider de se consacrer au développement de son propre projet. Parmi ses différentes rencontres, celle avec Francesco Santalucia, compositeur et pianiste italien, l’amènera à Rome, au sein du studio OMO. C’est là qu’ils démarrent ensemble en 2015 la réalisation d’un premier projet en commun, Magic Galaxy. Sur ce premier album, Meryem couche ses états d’âme sur les cordes de sa guitare sèche, portée par une voix qui ne cherche pas à cacher ses aspérités et ses inflexions pour dévoiler un premier souffle d’une justesse rare.

En mars 2017, sort Météorite, le premier EP de Meryem Aboulouafa, une première introduction à son travail qui marque aussi le départ de la tournée de l’artiste. Des découvertes proposées par le Madjazz du 6 au 8 avril à Marrakech. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages