A lire aussi

22-08-2017 21:26

Un blessé suite à l’effondrement d’un immeuble menaçant ruine à Derb Kabir

Un immeuble menaçant ruine s’est effondré, mardi en fin d’après-midi, au quartier Derb Kabir à…
Rejoignez nous sur :
Culture

Du 16 au 18 juin, Gibraltar accueille «Khamsa», un festival qui célèbre le Maroc du cinéma à la musique en passant par les traditions du souk. Zoom sur la quatrième édition du Festival des musiques du monde de Gibraltar.

Le rocher n’a jamais été aussi lumineux que ces derniers jours où Marocains, Tunisiens, Israéliens, Français, Espagnols se retrouvent le temps de partager des moments de musique. Dans la cadre de la quatrième édition du Festival des musiques du monde de Gibraltar qui aura lieu du 16 au 18 juin, le Maroc est au coeur du rocher pour partager ses valeurs, sa tradition musicale et sa diversité dont il est fier. Sous la coupole de Yan Delgado, juif marocain, né à Casablanca et ayant vécu là-bas jusqu’à l’âge de 17 ans, le festival qui porte le nom de «Khamsa» cette année propose des concerts de musiques du monde, des ateliers et des célébrations de rue axés sur les cultures du Maghreb et du Maroc de manière plus spécifique. «Khamsa signifie cinq en langue arabe et constitue un symbole de protection pour toutes les religions du Maghreb et en particulier pour celles du Maroc.

Il est courant, de nos jours, de remarquer une illustration de «la main» dans les domaines de la joaillerie et de la mode, entre autres expressions artistiques», rappelle le maître des lieux et directeur de Gibraltar productions. Les festivités commenceront ce soir mardi 16 juin avec la projection du film documentaire de Kamal Hachkar : «Tinghir Jérusalem : les échos du Mellah» au Leisure Cinemas. Le réalisateur profitera de son passage à Gibraltar pour filmer quelques séquences de son prochain film, qui raconte la troisième génération d’artistes juifs et musulmans, lesquels continuent de perpétuer à leur façon cet héritage pluriel marocain, avec en leur centre la talentueuse Neta El Kayam. «Au soir du 17 juin, le festival proposera la création d’un spectacle de rue qui recréera les conditions d’un «souk».

Cette opportunité permettra aux populations de Gibraltar et des environs de découvrir les sons, les senteurs et les couleurs du Maroc». Un bout d’Essaouira sera au rendez-vous puisque le festival de Gibraltar avoue s’inspirer un peu de Mogador et de son esprit pour cet événement, avec la chanteuse franco-marocaine Françoise Atlan, directrice artistique du Festival des Andalousies Atlantiques et de celui-ci. La soprano assurera la création d’un concert spécialement nommé Convivencia. «Ce concert entend constituer un hommage de Gibraltar au Festival des Andalousies Atlantiques de la ville d’Essaouira».

Et pour clôturer ledit festival en beauté, les musiciens de toutes les religions se produiront dans les grottes du rocher de Gibraltar (St Michael’s Cave) le 18 juin. Ce premier concert rassemblera les cultures des deux côtés du Détroit : plusieurs artistes se produiront ensemble sur scène : le groupe Jazz Oil, l’étoile émergente Abir El Abed, la jeune artiste et musicienne basée à Jérusalem Neta Elkayam, le danseur de Flamenco David Morales sous la direction de Françoise Atlan. Le second acte de cette soirée sera assuré par le joueur d'Oud, vocaliste et compositeur Dhafer Youssef, l’artiste de sa génération le plus admiré. Celui qui a déjà fait rêver Jazzablanca l’année dernière compte transcender la grotte de sa voix. Musique, partage et belles rencontres sont les principales valeurs de «Khamsa» et du Festival des musiques du monde de Gibraltar, comme de Jabel Tarik, qui aurait sûrement scandé, en vivant l’expérience : «La convivencia devant, la mer derrière» ! 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages