L'élimination des pharaons en huitièmes de finale de coupe d'Afrique des nations après leur défaite face à l'Afrique du Sud (0-1), et les décisions qui s'en sont suivies, ont été au centre des pages sportives égyptiennes et internationales les parues dimanche.

Le quotidien Akhbar Alyoum a évoqué la démission du président de la Fédération égyptienne de football, Hani Abou Rida, et le limogeage de toute l'équipe technique de la sélection conduite par le Mexicain Javier Aguirre, soulignant que "la défaite de la sélection égyptienne a jeté une ombre sur la fédération". Selon le même journal, "non seulement Abou Rida a démissionné, mais également Ahmed Choubir, vice-président de la fédération a quitté son poste, et aussi Hazem Imam, Saif Zaher, Ahmed Mejahed, Khaled Latif, Issaf Abdelfattah, Karam Kardi et Majdi Abdelghani". De son côté, le journal Al Wafd a fait assumer la défaite et le retrait de la Coupe d'Afrique des Nations de la Fédération égyptienne de football, à l'entraîneur Javier Aguirre et aux joueurs de l'équipe, à leur tête la star de Liverpool Mohammed Salah, dans un article intitulé "La chute de Mohammed Salah, la stérilité d'Aguirre et l'échec de la fédération, principales caractéristiques de l'élimination de l'Egypte".

"La Fédération égyptienne de football n'a pas retenu la lecon de la coupe du monde de Russie-2018 et Hani Abu Reda n'a pas bien évalué le travail du précédent staff technique en faisant assumer toute la responsabilité à Hector Cooper, qui a pourtant conduit l'Egypte à une qualification à la Coupe du monde après 28 ans d'absence et assuré le retour des Pharaons sur la scène continentale, pour se voir en fin de compte exclure de la direction technique et remplacer par le Mexicain Javier Aguirre.

Le journal reproche à l'entraîneur Javier Aguirre d'avoir "mal géré le groupe depuis le premier match des Pharaons contre le Zimbabwe. Et jusqu'au dernier match contre l'Afrique du Sud, les changements d'Aguirre étaient constants, sans changement ni créativité, et sans la prétendue touche de l'entraîneur. Non seulement on n'a pas vu du football offensif, mais aussi il a gâché le football défensif auquel on s'est habitué avec Hector Cooper". 

Le journal n'a pas manqué de mettre le doigt sur la responsabilité des joueurs dans cette élimination prématurée, et notamment sur la star de Liverpool Mohamed Salah, qui, selon le quotidien, "est apparu comme un joueur ordinaire et n'a pas brillé comme on espérait, faisant même preuve d'égoïsme en préférant tirer lui même que donner une passe à un autre attaquant". "Il a aussi manqué son rôle de catalyseur du groupe et s'est contenté d'encourager l'équipe en dehors des matches."

Les médias internationaux sont également revenus sur l'élimination égyptienne de la CAN.Radio BBC a en effet écrit "l'Afrique du Sud élimine l'Egype, les pharaons n'ont avancé en attaque qu'en fin de match, l'Afrique du sud l'emporte sur une contre attaque, ...". "Coup de tonnerre sur l'Égypte face à l'Afrique du Sud ! Quel exploit de l'Afrique du Sud !", écrit de son côté France Football qui ajoute:" Après l'élimination du Maroc, c'est un autre favori qui est éliminé. Et quel favori, avec l'Égypte, à domicile, éliminée par les coéquipiers de Lebo Mothiba (0-1)".

"Les Pharaons au tombeau", titre de son côté L'Equipe qui accompagne l'article d'une photo de Mohamed Salah cachant son visage avec son maillot. "Énorme surprise au Caire où les Pharaons se sont inclinés, chez eux, devant de valeureux Sud-Africains. Jamais encore les Égyptiens, organisateurs d'une Coupe d'Afrique des Nations, n'avaient été éliminés en huitième de finale. Ce samedi, tout un pays pleure avec Mohamed Salah", ajoute le journal. 


Le Flash Sport

0
Partages
0
Partages