Les choses sérieuses commencent enfin pour cette 32e CAN. C’est ce vendredi que s’ouvrent les compétitions de huitièmes de finale avec les duels Maroc-Bénin et Ouganda-Sénégal. Des rencontres cruciales pour les deux favoris de cette édition que sont le Maroc et le Sénégal. 

Du côté de la sélection nationale, le coach des Lions s’est montré des plus prudents, en conférence de presse tenue à la veille du match, lorsqu’il a avoué ne pas être satisfait du rendement de son Onze lors du premier tour. «On doit aborder les matchs en étant plus concentrés» , a-t-il notamment déclaré.

Il s’agira pour les camarades de Benatia de faire preuve de davantage de témérité et de former une ligne offensive plus resserrée, en capitalisant notamment sur le savoir-faire des Lions, rodés dans les arènes des grands clubs internationaux. 

Plus tard, les autres Lions de ces huitièmes de finale entreront en scène pour tenter de dissuader les Ougandais. Les Sénégalais devront néanmoins pour cela présenter une performance plus percutante que celle dont ils ont fait preuve lors des précédentes rencontres de cette édition 2019. Et ce n’est pas le sélectionneur des Lions de la Teranga qui dira le contraire. 

Aliou Cissé est en effet bien conscient que son adversaire est redoutable. 

"C’est une équipe très costaude défensivement en place avec deux lignes de quatre qui pressent beaucoup, a-t-il confirmé hier jeudi en conférence de presse. Cissé le sait, si le Sénégal veut continuer la course, il faudra visiter le filet des Ougandais. Ces derniers, par contre, gardent le moral. 

« Ce sera difficile mais on croit en nous, en nos forces. Même si on respecte notre adversaire, on ne craint pas le Sénégal », a estimé Sébastien Desabre, le technicien de l’Ouganda. C’est dire que la pression est forte: «Nous nous attendons à jouer un match typiquement africain», prévoit déjà l’entraîneur sénégalais.

Le Flash Sport

0
Partages
0
Partages