La fermeture du complexe Mohammed V a causé des dégâts financiers indéniables pour les deux clubs phares de la capitale économique.

Depuis 2014, le complexe Mohammed V a été fermé pour travaux d’entretien et d’aménagement à cinq reprises pour des périodes cumulées de quinze mois, soit plus de 450 jours, de quoi construire un nouveau stade diront d’aucuns. Si pour les trois premières fermetures, il s’agissait de quelques bricoles qui ont duré en somme quelques 180 jours, l’essentiel des travaux a concerné deux tranches pour une enveloppe globale de 220 MDH. Une première concernant les travaux d’intérieur et une deuxième relative à l’aménagement extérieur, qui prendrait fin dans deux mois pour que ledit stade soit prêt en vue des jeux d’Afrique qu’organise le Maroc pour août 2019.

Une hémorragie financière
Au moment où le Wydad entamait sa campagne pour la reconquête de la Champions league et où le Raja ambitionnait de défendre son titre de la CAF, la décision du conseil de la ville est tombée tel un couperet. Fermeture du «complexe» pour une durée indéterminée. Le Raja et le Wydad qui allaient réaliser des recettes record au titre de cette saison sportive, au vu des challenges de chaque équipe et au regard des recettes réalisées sur les cinq derniers mois de l’année 2018 avec presque 15 MDH pour chaque équipe. Des prévisions de recettes qui ont été planifiées et qui allaient alléger les finances du Raja, déjà au creux de la courbe et permettre aux Wydad de renflouer ses caisses. Face à cet énorme manque à gagner, le conseil de ville, sur recommandation du ministère de l’Intérieur, a proposé aux deux équipes une compensation de l’ordre de 2 MDH, soit l’équivalent de la recette du seul derby casablancais ! Une somme rejetée par les deux locomotives du football et jugée «ridicule et même insultante», comme nous le confirme un dirigeant «bidaoui» qui ajoute que «les deux clubs exigent une compensation partielle de l’ordre de 5 MDH».

Par ailleurs, cette fermeture aléatoire sape les efforts marketing des deux clubs envers leurs sponsors qui achètent de la visibilité sur des périodes closes, sans parler de la commercialisation des cartes d’abonnement réalisée en pré-saison et qui a atteint le chiffre record de 8.000 cartes chez les verts. Les supporters se trouvent ainsi pénalisés aussi car ayant payé un service dont ils ne bénéficient pas. «Les Inspirations ÉCO» croit savoir, de sources concordantes, que le conseil de la ville et Casa Aménagement s’engagent sur la qualité des travaux afin que ce soit l’ultime fermeture.

Le Flash Sport

0
Partages
0
Partages