A lire aussi

19-11-2018 10:05

19-11-2018

Télécharger le PDF
Rejoignez nous sur :

Après EZ-Go et EZ-Pro, Renault dévoile le concept EZ-Ultimo qui préfigure la limousine auto-partagée du futur. Preuve que le groupe au losange est prêt sur tous les fronts pour les défis qu’esquisse la mobilité de demain.

Quel point commun y a-t-il entre le Mondial de l’automobile et Renault? La réponse se rapporte au temps, 2018 marquant 120 ans d’existence pour les deux. Si le constructeur français a dignement célébré son anniversaire (lire encadré), l’exposition automobile parisienne, elle, a malheureusement eu droit à l’absence d’une quinzaine de grandes marques automobiles. Qu’à cela ne tienne, ceux qui exposent cette année ne sont clairement pas venus les mains vides. Il n’y a qu’à voir notre sélection, dont une bonne dose de nouveautés révélées en avant-première mondiale la semaine dernière à Paris (Audi SQ2, BMW Série 3, Ferrari Monza SP1 et SP2, Mercedes-Benz
Classe B…).

La trilogie de Renault
Jouant à domicile, les labels français ont mis les petits plats dans les grands, à travers de beaux stands et des nouveautés à la pelle. Outre celles du groupe PSA (Citroën C5 Aircross, DS3 Crossback et Peugeot e-Legend), c’est surtout Renault qui a marqué les esprits. D’abord en annonçant l’hybridation d’une partie de sa gamme (Clio, Captur et Mégane) puis surtout en exposant sa vision de la mobilité du futur. Après les concepts EZ-Go (taxi) et EZ-Pro (utilitaire), c’est au tour d’EZ-Ultimo (prononcez : «easy-ultimo») de compléter cette vision de la mobilité que la marque au losange voit comme «durable et partagée». Une échéance qui se profile à grand pas (d’ici 2030) et pour laquelle la firme française se dit déjà prête. «Renault est leader en mobilité dès aujourd’hui et leader en mobilité de demain», a ainsi martelé Thierry Bolloré (DGA du Groupe Renault) lors de l’ouverture du Salon.

EZ-Ultimo, le clou du Salon
Le bras droit de Carlos Ghosn a également expliqué que «les consommateurs, mieux informés, plus exigeants, recherchent aujourd’hui des moyens de transport à la fois attirants, accessibles et qui puissent leur faciliter la vie. Ils souhaitent alterner entre conduire et être conduits». D’où le concept EZ-Ultimo : un robot-véhicule luxueux, 100% électrique et autonome que tout le monde pourrait louer. Sous sa silhouette futuriste, ce salon roulant accueille 3 personnes via deux ouvrants (dont une porte latérale coulissante) dans un intérieur connecté, raffiné et aménagé de façon modulable. «EZ-Ultimo garantit une expérience individuelle hors normes», dixit Laurens Van den Acker (patron du Renault) à qui l’on doit le design de ce concept. Libéré des tracas de la conduite, le passager devra s’occuper lors de ses trajets. Pour Renault, il est question de «réinventer le temps passé à se déplacer». D’où l’approche «AEX» (pour «Augmented Editorial Experience») qui se veut une offre de contenu éditorial et multimédia développé par Renault en partenariat avec le groupe de presse Challenges. Bref, l’ultime création de Renault a de quoi en faire rêver plus d’un en attendant de devenir, un jour peut-être, une réalité.  


Renault : 120 ans de créativité pour la mobilité

En 1898, Louis Renault est un touche-à-tout, féru de mécanique et d’inventions. Lorsqu’il remonte la rue Lepic à Paris, au volant de sa voiturette, il remporte un pari et glane les premiers pas de sa crédibilité. Il ne le sait pas encore, mais il sera l’un des pionniers de toute une industrie naissante. Grâce à ses frères (Marcel et Fernand), la Société Renault Frères voit le jour et cette même voiturette décroche ses premières courses et ses premières commandes. Les années et décennies suivantes sont celles d’une société qui aura définitivement assis son nom dans ce secteur avec des modèles aussi emblématiques que les taxis de la Marne mobilisés pour la 1re guerre mondiale, les luxueuses Nervastella et Reinastella de 1929, les 4 CV et Dauphine de l’après-guerre, les R4 et R5 des années 60 et 70, etc. Pour souffler ses 120 bougies, Renault a ouvert son «garage» historique à quelques médias (dont Les ÉCO), organisé une grande parade sur la place du Trocadero et placé des modèles mythiques sur son stand, dont sa toute première voiturette, la Nervasport qui avait battu des records de vitesse en 1934 et l’inoubliable R5, icône de toute une génération (photo).

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages