A lire aussi

27-05-2019 00:19

Zamalek remporte la Coupe de la CAF

Le Zamalek d'Égypte a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football, après sa…
Rejoignez nous sur :

 

Boeing semble vivre ses jours les plus difficiles à la suite des deux crashs mortels de deux de ses modèles 737 en cinq mois. Le constructeur américain perd de plus en plus la confiance des compagnies aériennes. En effet, ce vendredi, la compagnie aérienne indonésienne Garuda a porté un sérieux camouflet à Boeing en annonçant l'annulation d'une commande de 49 Boeing 737 MAX 8, soit la première annulation de contrat confirmée pour le constructeur aérien.

Plus tôt en mars, une autre compagnie aérienne indonésienne, Lion Air, a annoncé qu’elle reportait la livraison de quatre Boeing 737 MAX 8, à rappeler qu’un exemplaire de cet appareil appartenant à Lion Air était tombé en mer en octobre, provoquant la mort de ses 189 passagers. 
 
Le crash des deux avions semble être le vecteur de crise pour le constructeur aérien, pointé directement du doigt pour sa responsabilité des désastres aériens. Malgré le fait que l’on ne connaisse toujours pas les causes « officielles » du crash de l’avion de l’Ethiopian Airlines, Boeing fait l'objet de plusieurs critiques pour son modèle 737 MAX 8, et la réalité ne vient pas arranger les choses : en plus des deux crashs, un avion du même modèle avait atterri d’urgence vendredi dernier dans le nord de la Russie, à cause d'un dysfonctionnement du moteur.
 
Ces incidents risquent de coûter au constructeur aérien des pertes financières considérables, d’autant plus que le modèle cloué au sol par plusieurs compagnies aériennes, et interdit d’accès à l’espace aérien en Australie et à Singapour. 
 
L’annulation de ce contrat par la compagnie indonésienne montre aussi que ce ne sont pas les sorties médiatiques du P-DG de Boeing qui viennent arranger les choses. Dennis Muilenburg s’est exprimé à plusieurs reprises depuis le crash de l’avion de la compagnie aérienne éthiopienne. Lundi, il s’est encore une fois exprimé dans une vidéo de trois minutes et une lettre écrite, Dennis Muilenburg tient à nouveau à rassurer les compagnies aériennes et les passagers sur les engagements de l’entreprise en matière de sécurité.
 
À partir des faits de l’accident du vol 610 de Lion Air et des données qui émergent petit à petit de l’accident du vol 302 d’Ethiopian Airlines, nous entreprenons des mesures pour assurer pleinement la sécurité du 737 MAX”, a-t-il déclaré. “Nous comprenons également et regrettons les difficultés de nos clients et des passagers causées par la suspension de vols de la flotte”. Ajoute-t-il dans la même vidéo. 
 
Toutefois, le P-DG n’a pas évoqué les récentes révélations de la presse américaine. Dimanche 17 mars, le Seattle Times a révélé que le contrôle sécurité du MCAS aurait été délégué, par le régulateur aérien américain, à des ingénieurs de Boeing lui-même. Le même jour, le Wall Street Journal a rapporté l’existence d’une enquête du département américain des Transports sur les conditions de certification du MCAS par la fameuse FAA (Federal Aviation Administration). Selon le journal, au lendemain du crash du vol d’Ethiopian Airlines, au moins une personne impliquée dans le développement du programme 737 MAX aurait été assignée par la justice américaine pour fournir divers documents. Est-ce le début d’une réelle crise chez Boeing ?
 
Affaire à suivre.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages