A lire aussi

22-05-2019 15:46

Algérie.Le chef d'état-major de l'armée assure n'avoir "aucune ambition politique"

Le chef d'état-major de l'armée algérienne, désormais de facto homme fort du pays, a assuré…
Rejoignez nous sur :

En vue de faciliter le contact entre les salariés d’une même entreprise ou organisation, Mohamed Alaoui a lancé Linkommunity, une startup qui développe des réseaux sociaux verticaux pour ses clients.

En janvier 2018, l’aventure de Mohamed Alaoui dans l’écosystème startup a commencé. «Avant Linkommunity, j’étais chef de projet web et mobile dans une société installée au Technopark de Casablanca», se souvient le jeune entrepreneur. Après des études en informatique à l’École Nationale des Sciences Appliquées d’Agadir (ENSA), en plus d’un MBA en management de projet à l’École Hassania des Travaux Publics (EHTP), Mohamed Alaoui a accumulé sept ans d’expérience professionnelle avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. «L’idée m’est venue pendant mon activité au Technopark. Une fois, j’avais besoin d’un expert en sécurité web pour m’aider à auditer un projet sur lequel je travaillais. Cette tâche m’a pris presque trois semaines, pour enfin trouver le profil adéquat parmi les 2500 salariés du bâtiment, sachant qu’il y avait une dizaine de startups spécialisées en sécurité web», s’exclame-t-il. Ce dernier a donc constaté que les salariés au Technopark étaient nombreux, complémentaires, mais ils n’avaient aucun moyen de se retrouver et prendre contact plus simplement. Le besoin de synergie entre ces différents individus était ressenti, par rapport à plusieurs thèmes liés à leur quotidien comme le covoiturage ou l’hébergement. «C’est ainsi que j’ai commencé à concevoir l’idée, qui a mûri petit à petit à travers les années d’expérience et de vécu quotidien de la problématique. De là, je me suis décidé à lancer la startup et avec elle cette aventure», précise le startuppeur.

Réseau social vertical
Venu résoudre la problématique constatée par Mohamed Alaoui, Linkommunity est avant tout une startup qui développe des réseaux sociaux verticaux innovants, pour la gestion d’une communauté professionnelle. «Le premier déploiement qu’on a testé était au niveau du Casa Nearshore, qui est un grand parc regroupant plus de 35.000 salariés», explique l’entrepreneur. La production du prototype de l’application, sorti en janvier 2018, s’est basée sur de l’autofinancement, selon l’entrepreneur qui précise que ce dernier était très simple et a servi à vérifier l’intérêt des utilisateurs au concept. Quelque temps après, Mohamed Alaoui a eu l’idée d’intégrer un incubateur pour pouvoir faire partie de l’écosystème des startups. Ce n’est qu’après avoir intégré la famille de La Factory qu’il a eu vent du fonds Innov Invest et des aides financières octroyées par la CCG dont Innov Idea, le produit qui lui a été approuvé. «Pendant quelques mois, nous sommes passés par plusieurs étapes auprès de La Factory, en vue de l’approbation de notre concept. L’incubateur nous a facilité la prise de contact avec un partenaires, et de suite la signature de notre premier grand contrat. Une fois le contrat signé, nous avons entamé le processus de financement auprès de la CCG», se félicite Mohamed Alaoui. La Factory était un très bon choix pour s’ouvrir sur l’écosystème de startups au Maroc», avoue le startuppeur. «Cet incubateur nous a permis de participer à plusieurs événements et ainsi rencontrer de nouveaux clients, d’adapter notre projet selon les retours d’expérience de chacun d’eux, sans oublier le coaching. L’équipe nous a en effet guidé vers ce qu’il faut faire pour éviter les erreurs et gagner du temps en matière d’approbation de l’innovation», détaille Mohamed Alaoui. Pour les porteurs de projets, le conseil est donc clair : «j’invite vraiment les jeunes startuppeurs au Maroc à intégrer ce genre d’initiatives, surtout qu’aujourd’hui le pays est bien décidé à booster ce mouvement entrepreneurial», conclut Mohamed Alaoui.

La CCG et Innov Idea

À travers son fonds Innov Invest, la CCG soutient les jeunes porteurs de projets et les startups nouvellement créées. Ainsi, les intéressés dont la candidature a été validée par une structure labellisée par la CCG, pouvant démontrer le potentiel et la faisabilité de leur projet basé sur une idée innovante, peuvent aspirer à une aide financière allant de 100.000 à 200.000 DH via Innov Idea. Sont finançables par l’aide financière les dépenses couvrant les divers frais liés au projet et engagés par la cible éligible, à l’instar de la souscription d’une assurance, des déplacements, de la communication et de l’abonnement à des bases de données. Le financement est conditionné par la conclusion d’une convention d’accompagnement entre la cible éligible et la structure labellisée.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages