A lire aussi

09-12-2019 13:50

Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF

Les agences des Nations Unies UNFPA Maroc, UNICEF Maroc et ONU Femmes Maghreb ont organisé ce…
Rejoignez nous sur :

L'horaire de l'examen national pour l'obtention du Brevet de technicien supérieur (BTS) ne subira aucun changement bien qu'il coïncide avec le mois sacré de Ramadan, a indiqué jeudi le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans un communiqué, le ministère a souligné qu'en dépit de la coïncidence des épreuves (session de mai) programmées pendant les deux dernières journées avec le mois de Ramadan, les horaires initialement prévus ne seront pas modifiés.

Les épreuves de la phase matinale prévues les 6 et 7 mai se dérouleront à partir de 08H00 du matin, alors que celles de l'après-midi débuteront à 14H00.


L’Université Euromed de Fès (UEMF) sera dotée de la plus grande plateforme d’ingénierie numérique universitaire dans le continent africain.

Le président de l’UEMF, Mustapha Bousmina a signé un accord de partenariat avec Valery Ferret, vice-présidente de ‘’Dassault systèmes’’, l’une des plus grandes compagnies dans le monde dans le domaine des logiciels de conception 3D, de l’ingénierie numérique et de l’univers virtuel pour l’innovation.

Cette plateforme sera un outil important pour l’École de l’Ingénierie Digitale et de l’Intelligence Artificielle (EIDIA), première école au Maroc totalement dédiée à l'intelligence artificielle, qui ouvrira ses portes à l’UEMF en septembre prochain. 

L'école sera également doté d'un centre de recherche  utilisant "les technologies de génération des données, de la cyber-sécurité, de la robotique et la cobotique, des big data, de machine et deep learning, des réseaux de neurones, des block-chains, de la reconnaissance d’images, de la voix et du mouvement’’. 

Ces technologies digitales seront exploitées pour des applications dans les domaines des technologies du mobile, de la médecine, des énergies renouvelables, de l’agro-industrie, de l’automobile, de l’aéronautique, du secteur bancaire et financier et des autres secteurs industriels (industrie 4.0) utilisant les technologies digitales et l’intelligence artificielle. Une version industrielle de ‘’Dassault Systèmes’’ sera aussi mise en œuvre ultérieurement sur le campus de l’UEMF, précise-t-on à l’UEMF.

Ce centre exploitera la ‘’3DEXPERIENCE’’ de Dassault Systèmes : plateforme d'enseignement et de recherche-innovation, qui sera ouverte à l’ensemble des étudiants et chercheurs du Royaume et des pays africains. Elle sera connectée à la plateforme de l’impression 3D, déjà mise en place à l’Université, et aussi à l’infrastructure de la robotique et de la cobotique de l’UEMF. 

 L'école nationale de santé publique (ENSP) et l'Institut de santé globale de Barcelone (ISGLOBAL) ont signé, mardi à Rabat, une convention cadre pour le lancement du 1er Master conjoint "Santé globale, Rabat-Barcelone".

Paraphée par le secrétaire général du ministère de la santé, Hicham Nejmi, le directeur de l'ENSP, Abdelmounim Belalia et la représentante de l'ISGLOBAL, Núria Casamitjana, cette convention vise à développer les capacités de formation et de recherche de l'école, en harmonie avec les nouvelles orientations stratégiques du ministère de la Santé.

Ce nouveau master conjoint permettra aux lauréats de cette formation de bénéficier d'une double diplomation de l'ENSP et de l'ISGLOBAL, a-t-il précisé, notant que ce diplôme prépare les participants à une carrière à l'international, en les dotant des compétences et connaissances nécessaires et indispensables pour faire face aux problèmes de santé et de développement des populations.

L'école s'est engagée dans une dynamique visant à promouvoir les partenariats et la coopération avec les institutions prestigieuses de santé publique afin de répondre aux attentes et besoins du système national de santé, a-t-il relevé, ajoutant que les lauréats de l'ENSP représentent 717 experts qui occupent des postes de responsabilité aux niveaux national et international, dont 10 pc exercent en Afrique.

L'ISGLOBAL va partager son expertise avec l'ENSP grâce à son master de santé globale créé il y a 12 ans, a-t-elle fait savoir, ajoutant que le statut des deux écoles en tant que membres au réseau international des instituts de l'enseignement supérieur de santé globale permettra de consolider l'échange académique entre les étudiants marocains et espagnols. 

L’offre de formation universitaire sera renforcée par la création d’environ 100 nouvelles filières dans le cadre du système Bachelor.

100 nouvelles filières. C’est l’offre pédagogique de formation qui a été recensée dans le cadre de la réforme du bachelor qui remplacera la licence de 3 ans par un bachelor sur 4 ans. Ces nouvelles filières, qui concernent les établissements à accès ouvert ont été présentées aujourd’hui lors de la conférence de présidents des universités (CPU) marocaine, tenue à l’Université Internationale d’Agadir. « À l’occasion de la CPU, nous avons donné l’opportunité aux différents réseaux des doyens de facultés, de sciences, de lettres et des sciences économiques et juridiques d’exposer les étapes franchies par rapport à la réforme Bachelor » explique Said Amzazi, ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Avant d’ajouter que « le rendu présenté est diversifié afin de remédier aux lacunes des bacheliers et offrir une orientation universitaire aux étudiants en insistant sur la composante soft skilles et les langues » indique-t-il.

Lancée depuis la rencontre de Marrakech, en octobre dernier, en présence de 700 professeurs universitaires, la réforme Bachelor est prévue en 2020. Aujourd’hui, « à peine 12% des étudiants qui s’inscrivent dans la première année universitaire acquirent la licence en trois années, d’où la mise en place de cette réforme. On dispose aussi d’une vision pour la formation pédagogique des professeurs à travers le lancement d’un programme de formation et l’installation de trois centres de formation dans chaque université en ce qui concerne les langues, les nouvelles technologies, l’apprentissage par distance en plus de la pédagogie universitaire » souligne Khalid Samadi, secrétaire d’État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages