A lire aussi

02-12-2019 13:29

Alaa Eddine Aljem raconte "Le miracle du Saint inconnu"

Projeté et applaudi, il y a quelques mois au festival de Cannes, le premier long métrage de Alaa…
Rejoignez nous sur :

Quelque 68 547 candidats passeront les examens du baccalauréat pour la session de juin dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a annoncé l’Académie régionale de l'éducation et de la formation. 

Selon les statistiques de l’Académie, 39 804 candidats, dont 52% de filles, passeront la session ordinaire de l’examen national unifié pour l’obtention du certificat du baccalauréat, prévue entre le 11 au 14 juin. 

Quelques 29 776 des candidats sont scolarisés, et 10 028 sont des candidats libres, soit 25% des effectifs, a indiqué l’académie. 

Les candidats des branches scientifiques et techniques constituent 48% de l’ensemble des inscrits, soit près de 18 924 candidats, contre 20 300 dans les filières littéraires et de l’enseignement traditionnel. 

Le bac international (français ou anglais) a attiré cette année 1 829 candidats, contre 1 152 l’année dernières, en progression de 60%, indiquent les chiffres de l’académie. 

Le nombre des candidats du baccalauréat professionnel a presque doublé par rapport à 2018, pour atteindre 693 personnes répartis sur 10 branches, contre 180 l’année passée. 

D’après l’académie, cette session connait pour la première fois la participation de 43 candidats libres pour l’obtention du bac professionnel. Le ministère, a ajouté la même source, a mis en place un jury national de correction des examens des personnes en situation de handicap. 

Au niveau de l’académie, près de 600 centres d’examen et 14 centres de correction sont prévus dans les différentes directions provinciales de la région, alors qu’une campagne de sensibilisation aux moyens de lutte et de sanction de la triche, avec la participation des intervenants et des médias, afin d’informer les candidats des conséquences de la triche et de les inciter à faire preuve d’honnêteté. 

Les résultats de la session ordinaire seront annoncés le 26 juin, a indiqué l’académie. La session de rattrapage se tiendra du 4 au 8 juillet, et ses résultats seront annoncés le 13 du même mois. 

Le nombre des candidats à l’examen régional unifié de la 1re année du baccalauréat s’est établi à 28 743 candidats scolarisés, selon l’académie, qui a ajouté que ceux-ci, ainsi que les candidats libres de ce niveau, passeront les examens les 8 et 10 juin.

L’académie a exhorté les intervenants à se mobiliser pour garantir un climat permettant aux candidats de passer les examens dans les meilleures conditions, saluant la mobilisation des enseignants, des autorités territoriales et policières, des médias et de l’ensemble des partenaires pour la réussite de cette importante échéance nationale. 

Lancé dans l’université Mohammed VI Polytechnique à Benguerir, le nouvel institut MAHIR Center, a pour objectif de ‘‘permettre aux apprenants de comprendre les enjeux de développement humain au Maroc, d’acquérir les qualités et compétences clés d’un bon gestionnaire de projets dans ce domaine, et d’être outillés pour créer un impact positif. Les lauréats sont aussi préparés à être de bons pédagogues afin de pouvoir transmettre et partager les compétences acquises’’. 

Le nouveau centre vient de lancer la campagne de dépôt de candidatures et devrait accueillir, dès septembre 2019, sa première promotion pour une formation à plein temps, d’une durée de 10 mois.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 9 juin 2019, est-il indiqué auprès des responsables.

La scolarisation des personnes en situation de handicap pose toujours problème au Maroc. Malgré les efforts déployés par les différents secteurs, l’insuffisance reste présente et ces personnes bénéficient moins des services d’éducation et de formation.

66,1% des enfants en situation de handicap ne vont pas à l’école. Ce chiffre concerne les filles à 66,6%.

Seulement 15% des enfants en situation de handicap bénéficient d’un niveau d’enseignement primaire, 9,5% du secondaire et 1,8% seulement avancent plus loin et atteignent les études supérieures.

En milieu urbain comme en milieu rural, les enfants en situation de handicap accèdent difficilement à l’éducation.

Ces chiffres présentés par le conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique tirent la sonnette d’alarme. L’urgence aujourd’hui est de développer un plan pouvant améliorer la scolarisation des personnes en situation de handicap, en mettant en place une approche basée sur la proximité et l’équité.

Toutes les parties prenantes sont concernées pour améliorer cette situation. Éducateurs et éducatrices de l’enseignement préscolaire, enseignants et enseignantes du cycle primaire, formateurs et formatrices dans les centres de la formation professionnelle et professeurs de l’enseignement supérieur, tous, doivent s’impliquer d’avantage et fournir des efforts pour donner confiance aux personnes en situation de handicap.

La mise en place des formations professionnelles spécialisées, l’accessibilité au stage et à l’emploi, deux points indispensables pour encourager ces jeunes d’aller jusqu’au bout de leurs études, et de développer une autonomie, malgré le handicap.

Une implication nationale est nécessaire, et se fera à travers la création de structures régionales de consultation, d’orientation et de renforcement professionnel, rappelle le ministère concerné.

L’élaboration d’un plan d’action comprendra donc la sensibilisation, la proximité et l’orientation.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages