A lire aussi

03-12-2019 22:00

"Moul Kaskita" déféré devant la justice en état d'arrestation pour injure

Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Settat a annoncé, mardi, qu'il a été…
Rejoignez nous sur :

Alors que les étudiants refusent d'accéder aux salles des examens, le ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé les dates du concours d'accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire au titre de l'année 2019-2020 pour les candidats titulaires du baccalauréat 2019 et ce dans les Facultés publiques, partenaires et privées.

Selon un communiqué du ministère, les examens se dérouleront dans les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire publiques selon le calendrier fixé dans les notes ministérielles n° 01/487 et 01/488 en date du 24 mai 2019, le 18 juillet prochain dans les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire de Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès, Oujda, Agadir et Tanger pour la filière médecine. Ils sont programmés le 19 juillet pour la médecine dentaire dans les Facultés de médecine dentaire de Rabat et de Casablanca et le 20 juillet pour la filière pharmacie dans les Facultés de médecine et de pharmacie de Rabat et de Casablanca.

Pour les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire partenaires et privées, l'examen écrit d'accès à la Faculté de médecine dentaire relevant de l'Université internationale de Rabat se tiendra le 23 juillet, alors que celui des Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire de l'Université Mohammed VI des sciences de la santé de Casablanca se déroulera les 25, 26 et 27 juillet, précise-t-on de même source.

Les examens se tiendront également à la Faculté de médecine relevant de l'Université privée de Marrakech, Tensifet-Al Haouz le 29 juillet prochain ainsi qu'aux Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire de l'Université internationale Zahraoui des sciences de la santé à Rabat, le 3 août prochain.

Le système éducatif marocain inquiète ! Une réalité touchée à travers les réactions des internautes qui reprochent au système l’absence d’une stratégie qualitative, et le manque de moyens sûrs pour sauver un secteur en déclin. Afin de mieux comprendre les attentes de la société, l'Instance nationale d'évaluation du système d'éducation, de formation et de recherche scientifique (INE) a mené une étude sur un échantillon de 3.000 ménages répartis sur l’ensemble des régions du Maroc (2.000 dans l’urbain et 1.000 dans le rural) qui ont permis de relever quelques points importants concernant les aspirations de la société.

L’enquête a permis de collecter des données sur les caractéristiques scolaires des enfants âgés de 3 à 22 ans de la population marocaine, et des renseignements sur les niveaux de diplômes obtenus de la population âgée de 15 ans et plus.

Le secteur privé est caractérisé par une grande part d’élèves scolarisés dans les cycles d’enseignement préscolaire et primaire (83,4%), 11% d’élèves scolarisés dans le collégial 6% dans le qualifiant ou le supérieur.

Les parents préfèrent l’enseignement privé pour sa meilleure qualité, ses infrastructures développées, son système sécuritaire élevé et la bonne interaction entre administration et parents.

L'arabe, le français, et l'anglais sont les langues d’enseignement préférées par les Marocains qui préfèrent à 49% l’école privée, 40,1% l’école publique, et 10,3% réfutent les deux.

60,4% des ménages résidant dans le milieu rural estiment que l’école dispensent un enseignement de qualité, cette proportion baisse à 49,2% pour les ménages du milieu urbain.

De façon générale, 86,2% des adultes de 25 ans et plus ont évoqué
“L’apprentissage de la lecture et de l’écriture” est le rôle principal de l’école, selon 86,2% des adultes interrogés. Garantir l’avenir des enfants vient en deuxième lieu avec 65,2% inculquer la culture à l’enfant à 54% et préparer l’enfant pour la réussite professionnelle à 43,4%.

Selon les résultats de cette étude, les facteurs socio-économiques impactent et créent une différenciation dans le rapport des familles à l’éducation scolaire.

L’amélioration des conditions socio-économiques des familles, contribue à améliorer l’éducation des enfants et vice-versa.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages