A lire aussi

23-05-2019 09:22

Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi

Oubliez le kilogramme comme on vous l'a enseigné à l'école; il est aujourd'hui obsolète ! En effet,…
Rejoignez nous sur :

L'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et MassChallenge, le réseau mondial d'accélération de startups, ont annoncé, au forum mondial de l’innovation VivaTech qui se tient du 16 au 18 mai à Paris, leur partenariat stratégique visant à soutenir l’ambitieux programme d'innovation de l’UM6P et du groupe OCP, en coopération avec les écosystèmes nationaux et continentaux.

"UM6P et MassChallenge, par le biais de son programme « Bridge to MassChallenge », unissent leurs efforts pour stimuler la vitalité économique et la création d’emplois en catalysant l’entrepreneuriat", indique un communiqué de l’Université Mohammed VI Polytechnique.

"Il s’agit d’une initiative de support aux entrepreneurs travaillant sur les défis africains, pour les accompagner dans leur démarche de développement et de mise sur le marché d’innovations", a expliqué la même source.

Grâce à sa nouvelle plateforme « Innovation et Entrepreneuriat », l'Université Mohammed VI Polytechnique vise à promouvoir et à soutenir une communauté mondiale de chercheurs et d'entrepreneurs visionnaires engagés dans le développement du continent africain. Cette plateforme fédère les acteurs d’un écosystème, œuvrant ensemble à fournir aux startups l’accès à diverses ressources en faveur de leur développement.

« L'Université Mohammed VI Polytechnique établi de nouveaux standards en matière de formation au bénéfice du Maroc et de l'Afrique. Le soutien à la recherche, le support à l'innovation et l'encouragement à l’entrepreneuriat sont au cœur de la mission de l’UM6P. Notre partenariat stratégique avec MassChallenge nous permettra de connecter davantage notre continent au réseau mondial de l’innovation », a déclaré Hicham El Habti, Secrétaire Général de l'Université Mohammed VI Polytechnique, en marge de cette signature.

« Nous sommes convaincus que les startups peuvent changer le monde et nous sommes fiers de nous associer à l’UM6P et au groupe OCP pour soutenir les meilleurs entrepreneurs dans leurs domaines, pour renforcer leurs initiatives et créer de la valeur pour la société ", a affirmé de son côté Matt Lashmar, Directeur Général de MassChallenge Suisse, cité par le communiqué.

MassChallenge est un réseau mondial d'accélération de startups sans prise de participation. Basé aux Etats-Unis, MassChallenge s'est engagé à renforcer l'écosystème mondial de l'innovation en soutenant des startups à fort potentiel de tous les secteurs. À ce jour, plus de 1.900 anciens de MassChallenge ont levé plus de 4 milliards de dollars et ont généré plus de 2,5 milliards de dollars de revenus tout en créant plus de 120.000 emplois au total. 


La feuille de route relative au développement de la formation professionnelle, présentée en avril dernier devant le roi Mohammed VI a pour objectifs de promouvoir le secteur et de restructurer ses filières conformément aux exigences du marché de travail, a indiqué Saïd Amzazi,  ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique .

La feuille de route relative au projet des "Cités des métiers et des compétences" vise à développer et à moderniser les méthodes pédagogiques et améliorer l'employabilité des jeunes, à travers une série de programmes, de formations et de requalification de courte durée. Elle repose sur des approches pédagogiques visant la maîtrise des langues étrangères, la diversification des compétences et l'intégration des professionnels, en encourageant la formation et l'apprentissage.

En vertu de ce document, des centres de formation professionnelle de nouvelle génération seront mis en place, notamment en créant des "Cités des métiers et des compétences" dans différentes régions du Royaume. "Ces centres sont des modèles réels et efficaces pour le développement des structures actuelles, qui seront réorganisées dans un cadre général de la mise en question des formations qu'ils offrent", a-t-il souligné.

Amzazi a indiqué que la feuille de route a pour ambition de créer des "Cités des métiers et des compétences" adaptées aux particularités et aux potentialités de la région en question et concerne les métiers relatifs aux domaines des activités appuyant le système environnemental et économique, ainsi qu'aux métiers de l'avenir dans le domaine numérique et du transfert des services.

La feuille de route permettra d'offrir, dans un premier temps, une formation dans le domaine de l'intelligence artificielle au niveau de la région de Rabat-Salé-Kénitra et de Casablanca-Settat et de développer tous les programmes consacrés aux jeunes œuvrant dans le secteur informel, afin de consolider leurs compétences techniques et transversales, particulièrement dans les langues, afin de les intégrer dans le secteur formel.


Crédit du Maroc a signé, jeudi 4 avril, un partenariat avec Emlyon business school. Ce partenariat vise à apporter une réponse innovante aux défis les plus urgents pour atteindre l’excellence des ressources humaines et ouvrir à la banque un accès privilégié au recrutement des meilleurs talents. En parallèle, Emlyon propose à ses étudiants et leaders de demain l’opportunité d’échanger avec des professionnels aguerris du monde bancaire pour favoriser le transfert d’expériences, et de bénéficier en priorité de stages en alternance ou de contrats d’insertion.

Les statuts des Académies régionales d'éducation et de formation (AREF) illustrent l'abandon définitif du recrutement par contrat afin de garantir à leurs cadres une situation similaire à celle des enseignants soumis au statut des personnels du ministère de l’Éducation nationale, permettant ainsi aux cadres des AREF de jouir des mêmes garanties légales et des mêmes droits et obligations que ces derniers, indique vendredi le département dans un communiqué. Parmi les décisions prises par les académies régionales et adoptées par leurs conseils d'administration réunis en session extraordinaire le 13 mars 2019, figure la non-discrimination entre les cadres enseignants soumis au statut du ministère de l’Éducation nationale et ceux soumis au statut des AREF, souligne-t-on de même source.

Il relève, dans ce sens, que les deux catégories d'enseignants exercent leurs fonctions dans des établissements d'enseignement public soit au niveau du secondaire qualifiant ou du secondaire collégial, d'autant plus que l'article 26 du statut particulier des personnels du ministère de l’Éducation nationale stipule que les enseignants du secondaire qualifiant assurent les cours, le cas échéant, dans les établissements d'enseignement secondaire collégial.

Les nouveaux statuts des académies favorisent une pleine intégration de leurs cadres sans recours à l’avenant au contrat, tout en conservant l’ancienneté acquise au sein de l'AREF, ajoute le ministère, indiquant que ces mêmes statuts leur permettront également d'avoir d'un parcours professionnel ouvert à travers l’admission à l’examen de qualification professionnelle pour titularisation, le reclassement dans le grade et l'échelle et le droit à l’avancement dans les différents grade et échelles tout au long de leur carrière.

En vertu de ces statuts, les cadres des AREF pourront aussi accéder au grade supérieur (hors échelle). Pour bénéficier d'une telle promotion, ceux-ci doivent compter au moins 5 ans d'ancienneté dans le premier grade de l'échelle 11 et avoir l'échelon 7 dans le même grade.

D'autres dispositions ont été introduites aux statuts des cadres des AREF, en leur accordant désormais le droit de passer les différents concours d'accès au centre de formation d'inspecteurs et au centre de planification et d'orientation pédagogiques, ainsi qu'au cycle d'agrégation et à la filière de l'administration pédagogique, en plus du droit à la formation continue.

Selon le ministère, les statuts des académies leur permettent aussi de bénéficier des mêmes rémunérations et indemnités accordées dans la fonction publique, ainsi que des différentes prestations administratives et des indemnités instituées par les textes législatifs et réglementaires en vigueur.

S'agissant de la question de la retraite pour cette catégorie des cadres enseignants, le communiqué indique que tout amendement des textes législatifs en la matière devra bénéficier à ces cadres de manière automatique. Ils sont également autorisés à exercer des activités en dehors des horaires de travail à condition que celles-ci ne soient pas génératrices de revenus conformément aux dispositions législatives en vigueur.

En ce qui concerne le mouvement de mutation, le recrutement des cadres des académies revêt un caractère et par conséquent il ne peut être opérationnel qu'au sein du ressort territorial de l’académie choisie par le candidat. Pour la représentation des cadres des académies, le ministère a fait savoir qu’il sera procédé à la création de commissions des cadres, selon les règles générales relatives à la constitution et à l’élection des représentants des commissions administratives paritaires. Ces structures auront pour mission de s'occuper des questions liées à la promotion et aux mesures disciplinaires ainsi que les autres cas prévus dans les statuts relatifs aux cadres des académies.

En matière disciplinaire, le ministère a indiqué qu'il existe une concordance entre les dispositions du statut général de la fonction publique (article 66), les statuts des académies (article 94), y compris la mise à pied conservatoire pour faute professionnelle grave, avec réduction de sa durée pour la régularisation de la situation des personnes concernées de quatre mois à un mois seulement, dans un souci de protection sociale de ces cadres.

S'agissant de la procédure d'abandon de poste, le département de l’Éducation nationale a affirmé que les dispositions des statuts des cadres des académies (article 103) sont en conformité avec celles des administrations publiques (article 75 bis du statut général de la fonction publique).

Les dispositions de ces statuts reflètent le changement de la stratégie du gouvernement dans la politique de recrutement, en passant du recrutement centralisé au recrutement régional public pour se mettre au diapason avec la dynamique de régionalisation avancée en tant que choix stratégique. Toutes les ressources humaines du secteur de l'Education nationale, que ce soient celles assujetties aux statuts des AREF ou au statut des fonctionnaires du ministère, sont placées sous la supervision du ministre.


Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages